Passer au contenu principal

L’art de poser son popotin sur un strapontin


Le soleil n’avait eu aucune gêne à se dévoiler sur ce samedi matin. La veille, j’avais rapidement jeté dans le baise-en-ville tropézien, quelques vêtements de rechange et la trousse de toilette faisant partie de mes escapades, toutes destinations confondues. 
 
Prête tôt matin, je sautai dans Petit Escape, toute excitée à l’idée de la sortie qui m’attendait et j’allai rejoindre Bonne Amie Ghi et son J-M de Mari au Lac Davy.

La route 111 fit place à la 390, qui elle se tassa pour laisser les longs rubans de lignes droites de la 101 se dérouler sous nos yeux stupéfiés de constater avec quelle légèreté le Témiscamingue abandonnait ses terres au printemps. Rassurant, car ça annonçait que le doux Temps ne manquerait pas, même si c’était avec un léger décalage, d’envahir prochainement la zone abitibienne.

Arrivés un peu à l’avance, on poussa la route jusqu’en Ontario, faire un peu de lèche-vitrines à New Liskeard, mais à 13h30 pile-poil, on s’attablait à l’Éden rouge, affamés et prêts à faire honneur au menu 8 services à saveur du Temps des sucres. 

À une « bean » près, on fut enchanté par l’équilibre des portions, le mariage des saveurs et l’ambiance festive de l’endroit (sans oublier le service sympathique d’un charmant Nathan…). Le rapport qualité-prix était au rendez-vous et c’est le ventre plein que le loft de l’Auberge Eugène nous accueillit à bergère ouverte pour une courte sieste.


Étant les seuls visiteurs de l’endroit, nous avons profité du silence de la place et lorsqu’on reprit Vie, il restait juste assez de Temps pour une bonne marche sous la bise mordante, soufflant sur les berges gelées du grand lac Témiscamingue.

Le spectacle « Appelez moi Stéphane » débuta à l’heure prévue. Sans comprendre pourquoi, sur mon billet était inscrit « strapontins H 18 ». Quelle surprise de constater qu’il était attribué à un petit siège replié au bout de la rangée! Nouveau mot, nouvelle expérience! Et comme la salle était presque pleine… 

Ce fut une soirée bien rigolotte, une nuit reposante et un lendemain matin couronné d’un copieux petit-déj. On rebroussa chemin sans ambages et après trois heures de co-voiturage, j’arrêtai chez mes Amis le Temps de partager salades et galettes-à-la-J.M. 

Après une tonne de mercis, j’embarquai dans Petit Escape pour faire les kilomètres qui me ramèneraient à Amos. Dans mes pensées, flottait réflexion sur l’inestimable valeur de l’amitié. 

Merci encore pour cette magnifique et gourmande fugue mes Amis!...

Commentaires

Ce fut un bien beau et agréable week-end en ta compagnie; merci de ne pas avoir parlé de ma "cabane à suce"!!!! ;-)
Fitzsou a dit…
Ben voilà Bonne Amie Ghi, c'est fait!!!!... ;-)

Messages les plus consultés de ce blogue

À marée haute

Le ciel avait revêtu sa couleur printanière. Un beau bleu lumineux. Éclatant. Invitant. Le soleil, lui, offrait sa brillante présence. C’est dans cet écrin, que le SylÉmi s’était présenté à moi en toute simplicité, après ses longs mois de camouflage hivernal. Six mois s’étaient écoulés depuis ma dernière visite. Long. Trop long.   Le ruisseau, scindant le sentier en deux, avait de l’eau dans les yeux. Un trop-plein. Comme dans les miens . J’avais dû aligner mes pas sur un tronc d’arbre renversé par quelques valeureux vents pour le traverser. Un pont naturel. Comme je voyageais léger, ça s’était fait sans souci. La nature avait été clémente pour le P’tit camp : aucun arbre ne s’y était étendu. Aucun bris et… qu’une seule souris, gisant en plein centre, comme surprise en plein élan.  Pauvre Petite; heureuse nouvelle… Le SylÉmi m’ouvrait sa porte, me rappelant la dolce farniente qu’elle seule pouvait offrir. J’avais décidé qu’en 2018, je m’en gaverais! Tout ça

Comment vous dire?...

« … Ce matin, plusieurs choses vous seront livrées dans un « coq-à-l’âne-en-règle » qui me sied si bien…  Tout d’abord, la P’tite maison... Et bien, on oublie ça.  « L’offre a été refusée sans invitation. » que m’a dit le courtier. Ben tant pis! C’est que la Vie a d’autres plans pour moi! Ailleurs et bien meilleurs! ( et j’ai bien hâte de découvrir lesquels!!!... ) Donc « dossier « P’tite maison » : clos! Point suivant… Je me suis fait contaminer par une multitude de virus et des « spy-je-ne-sais-quoi ». En fait… pas moi, mais Petit Portable! Je pense sérieusement à changer mon adresse courriel sous la recommandation du meilleur Docteur-en-médecine-de-Portable que je connaisse.  Je vous contacterai personnellement quand j’aurai maîtrisé la plate-forme « g-mail »… Ce point est reporté à une prochaine « rencontre »… Finalement, devinez quoi? Eh oui! Je m’absenterai de ce blogue pour la semaine à venir. Festival internationale du cinéma en

On jase là…

« … Hier matin, sidérée devant l’étincelant soleil, je n’eus plus qu’une idée en tête : me rendre au SylÉmi pour prendre de ses nouvelles!  Profitant du passage en région de mon Ami Granbyen, je lui lançai l’invitation, laquelle il accepta sans hésitation. C’est ainsi que tôt en après-midi, la route 109 nord mit la table pour notre conversation qui se fit sans arrêt jusqu’au troisième pont de la 804. Vous me suivez?... Sur place, la fraîcheur automnale força nos actions. Après une courte déambulation aux alentours histoire de saluer le ruisseau et la brune Harricana, on vidangea le baril d’eau de pluie et on débarrassa les galeries de leurs feuilles mortes.  Jasant les yeux levés vers Galarneau, le Temps passa aussi vite qu’un vent d’octobre. Sonna très rapidement le retour. Dommage! J'avais oublié ( pour une rare fois ) l’appareil photo. C’est ainsi que ce matin, je racontais à Ernest ( je l’ai baptisé ce matin, à défaut de me souvenir si je