Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du 2010

Tout le monde va...

… c’est certain, je n’en doute pas même, une seule millième de seconde…

… Ce matin, cela va de soi!

Comment pourrait-il en être autrement après tout? C’est normal, c’est la routine, l’usuel. La bonne vieille réflexion. Celle que l’on sort sans trop y penser…

… L’automatisme, parfois chargée de désillusions, parfois de sourires passés…

Mais pas moi, je n’embarquerai pas là-dedans, pas cette année.

Peut-être oserai-je « tenter » d’innover… Pour une fois…

… Peut-être oserais-je glisser, quelque part dans mon déluge de mots, celui appris ce matin…

AUBADE* : n’a-t-il pas fière allure? Si simple mais en même temps, si musical et poétique lorsqu’on apprend à le connaître…

Merci à vous Méli-Mélo pour le partage, une fois de plus.

Vos connaissances participent à l’« instruisance » de l’ange qui sommeille en moi…

(Oups!... J’ai dû louper quelques leçons là!...)

*aubade : petit concert donné au lever du jour sous les fenêtres de la personne qu’on veut honorer; poème chanté à l’aube

p.s. Bien sûr que ce à q…

Kuujjuaq se marie...

Pas une seule Branche n’avait été oubliée. Chacune était revêtue de ce voile blanc léger, scintillant comme des milliards de diamants infinitésimaux…

Toutes, sans exception…

Aussi loin que le regard se portait, on apercevait le Givre déposé sans cérémonie par l’Aube. Et loin derrière flottait un Mystère de brume, accroché à l’Horizon…

L’Éclairage était sobre, à peine perceptible. Dans l’air, on imaginait sans peine les Notes de la noce…

Cristaux de glace s’entrechoquant comme l’aurait musiqué un kpanouhoun*.

La Mariée et sa Bouquetière, attendaient impatiemment l’arrivée de l’Homme, comme on attend le Temps.

Droites et fières, roides et blanches d’émotions…

Partout, les Invités costumés et tirés à quatre épines, faisaient la haie d’honneur, livrant du même coup passage à la Froideur, qui se faufilait habilement parmi les Noceurs.

Voilà, tout était en place, ne manquait que quelques Anges flottant dans l’irréalité du moment pour marquer le tout de façon indélébile dans la mémoire de la Collect…

Triple jeu

Ce matin, j’ai croqué ces photos que je partage avec vous:

un double soleil…

... un regard risqué sur la Koksoak…

… et la Régie, dans toute la splendeur de ce matin!

Tout cela dans l'ordre inverse, bien entendu...

... mais pour moi c'est quand même un bel essai d'avoir publié plus d'une photo à la fois...

Un jour j'aurai le tour...

Parole d'ange aérien...

Il y a de ces moments où...

… on a peine à croire que de telles coïncidences puissent réellement exister…

Prenez par exemple, la fois…

« … Nous étions le lendemain de Noël. Le soleil s’étant levé tôt, m’intimait l’ordre de sortir. Ce que j’avais prévu faire, mais un peu plus tard dans la journée.

Avant je devais…

Dans la maison régnait un silence aussi léger qu’une plume, le genre éthéré, nous transportant dans un autre Univers, celui de l’Infini bonheur, celui où on a le goût de dire « merci », tout simplement, sans savoir trop à Qui ni pourquoi…

La veille avait été remplie d’attendrissements, fils ténus entre la béatitude et l’abandon… Et comme à tous les ans, depuis les 53 derniers, le temps avait roulé un chiffre sur moi…

Mais moi, j’en avais fait fi… Occupée que j’étais à baigner dans l’amitié, rien d’autre n’aurait pu m’atteindre…

De toute façon, avec tout l’ouvrage que m’avaient donné mes Amies(s)… je n’aurais rien pu faire de plus.

Lorsque j’allai au lit ce même soir, il m’en restait un à ouvrir… Un dernier… Je…

Traces à traces...

Je marchais déjà depuis un petit bout de temps, les yeux rivés sur la surface blanchie de l’accotement, tous les sens en alerte, à tenter de détecter les hypocrites plaques de glace.

Ce ne serait ni la place ni le moment d’avoir comme compagnons de marche, ces espèces de bâton pourvu d'appui-mains, genre...

Alors que les trois-quarts de mon trajet de retour étaient chose du passé, je levai la tête…

Par chance!

Le ciel était là, n’attendant que mon regard impromptu. Non pas qu’il fut inondé de ces aurores aux mille couleurs mais bien, parce que sobrement, il s’offrait à moi, dans sa plus grande splendeur, parsemée de milliers de points lumineux.

À cet instant, je pris conscience de son immensité dans la quiétude de ce soir ouaté. Je pris conscience de la chance que j’avais à me trouver ici, maintenant, à marcher sur ce bord de chemin traversant l’un des quatorze villages isolés du Nord Québécois.

Le vrai Nord Québécois…

Poursuivant ma route, j’aperçus des traces fraîches dans la neige. Pa…

Que les Fêtes continuent...

J’ai été invité après le Candy Drop d’hier, à partager un repas avec les mêmes collègues réunis chez-moi vendredi (à quelques membres près…)

Que voulez-vous, dans le Nord c’est important de se serrer les coudes!

« On se revoit soir après soir, comme si on était tous de la même famille… » de dire S-Stella.

Après s’être extasiés devant le céleste arbre de Noël (véritable œuvre d’art Nunavimiut monté par Avenante Amie F), nous nous mîmes à fredonner des airs de camp de vacances, jusqu’à ce que, avec le même élan du cœur, nous tentâmes tant bien que mal, d’entonner en canon…

« Vent frais, vent du matin…Soulevant le sommet des grands pins… Joie du vent qui passe, allons dans le grand… Vent frais, vent du matin… »

Cacophonie d’émotions, bonheurs cueillis à mains ouvertes, emprisonnés à jamais dans nos boîtes à souvenir, comme on les aurait soufflés dans autant de boules de verre…

Lorsque cocktail dînatoire, dinde farcie et gelée de canneberges furent choses du passé, nous poursuivîmes notre pan…

Joyeux Noël à tous!

Le traditionnel "Candy Drop" de Mr Jonhny May... avec un aperçu de la neige que nous avons ici à Kuujjuaq!...

Une foule joyeuse se déplaçait vers les objets qui étaient largués à chaque passage à basse altitude du Beaver Dehavilland. Les "Merry Christmas" fusaient de part et d'autres... L'atmosphère était à la fête.

Privilégiés, nous avons été gâtés par l'agréable température. On dira ce qu'on voudra, mais la place à vivre au Québec c'est... Kuujjuaq!

En doutiez-vous?...

p.s. ce qui descend du ciel est un habit de neige, et non un ange en perdition...
p.s. 2 Bon anniversaire à toi, mon Chum R de Rouyn... xoxoxo

Tricherie...

Je sais, je sais... je n’y suis pas vraiment, mais que voulez-vous, mon petit côté toqué ressort fortement en ce matin du 25 (n’ayez crainte, vous aurez aussi droit à un « 25 »…)

Trop occupée hier j’ai été! Les téléphones, la préparation du souper en après-midi… J’ai flotté sur des effluves d’adrénaline toute la journée.

Sans mettre le nez dehors, j’ai laissé filer le temps, comme un aujourd’hui bien nourri…

J’ai déballé mes nombreux cadeaux de fête et me suis extasiée devant toutes ces marques d’affection, d’amour et d’amitié. Il me semble que je n’en mérite pas tant…

Mais faut croire que oui…

Quand j’ai ouvert celui de ma Chum G de Rouyn, j’ai failli reculer devant l’ampleur du travail qui y avait été mis. Dans l’immense boîte, se cachait non pas un, mais une dizaine de présents, tous emballés différemment, tous accompagnés d’un mot gentil, encourageant ou explicatif…

Amazing!

Lorsque j’eus terminé, le salon ressemblait à une fin de réveillon, comme si toute une famille y avait trouvé son …

Cadeau et ...

… fleurs coupées, au Nunavik!

Eh oui, ma réalité en ce 23 décembre, croyez-le ou non!

Je ne voulais pas vous embêter avec ça, mais j’ai reçu un autre cadeau… cette fois de ma Généreuse Amie G!

Non mais, sérieusement je n’en reviens pas!

Toute la semaine, il me semble avoir reçu plein de marques d’attention, d’affection, de tendresse…

Les fleurs coupées? Ce n’est pas une farce. Mon Avenante Amie F, alors venue me reconduire en voiture, s’est empressée de ramasser mon sac à dos à l’arrière, et, prétextant m’aider, m’a suivi à l’intérieur pour...

… me refiler ce joli bouquet…

Que pourrais-je demander de plus?

RIEN DE PLUS, VRAIMENT, VOUS ME COMBLEZ…

Promis que c’est la dernière fois que je vous parle de toutes mes gâteries. Je ne voudrais quand même pas faire de jaloux!

Déjà 21 :30, ce soir je ne serai pas longue, car je ressens l’appel du sommeil et comme depuis environ trois semaines, il me fuit à tire-d’aile, ce soir je ne le laisserai pas s’échapper…

Parole d’ange aérien!!

Suis gâtée...

… encore!

Ainsi, bien qu’aujourd’hui soit le jour « chômé-payé » de mon Ami Lamlou (bon anniversaire!...), c’est quand même moi qui reçoit les cadeaux! Et pas n’importe où!...

Naaa na na na naaa!...

Par chance (ou simplement par bonté d’âme…), mon Avenante Amie F avait accepté bien gentiment, de m’accompagner à la poste en fin de journée!

Quel heureux hasard!

Une fois sur place, ne v’là-tu pas, mon Maître de Poste, s’extirpant une fois de plus de derrière son réduit, les bras chargés d’un énorme, que dis-je, d’un gigantesque, voir même, d’un monumental colis!

Quel « ange » me couve ainsi de sa généreuse préséance? Quel « ange » place toujours sur mon chemin, un « non quelconque » coeur charitable? Je l’ignore et vous avouerez que je ne chercherai pas non plus.

De là sûrement l’expression, « laisser couler », non?...

Ainsi aujourd’hui, c’est le "présent-sourire" de ma Douceur ma Belle qui m’a réjoui et le non-moindre, celui de ma Chum G de Rouyn!

Je les ai placés avec les autres, au p…

96%

… de mon temps, je le passe à vivre…

… l’autre 4%, je le dors (!)… ce qui n’est pas peu dire!...

96%... de ma mémoire vive travaille encore…

… l’autre 4%, oublie que…

96%... du temps, mon Ami Ed est toujours là pour m’aider... même pour déménager…

… l’autre 4%, j’oublie qu’il l’a fait!…

Ça, ça m’attriste…

Et au moment où j’aligne ces mots…

96%... du « sac de chips est déjà englouti » (droits d’auteur : ma Jeune Sœur Chérie)…

… l’autre 4%, disparaîtra dans les jours à venir…

96%... c’est comme un « 69 » à l’envers, qui tire sur la gauche pour gagner sa cause… (Hum! Encore une partie des droits d’auteur pour ma Jeune Sœur Chérie…)

… l’autre 4%, devient un « 31 » bien élégant…

96%... d’une possibilité de « boules de Noël » dans l’arbre de… ben oui, de ma Jeune Sœur Chérie!...

… l’autre 4%, sera cassé par les chats…

96% du temps que j’ai traité ma Jeune Sœur Chérie de « nounoune » en clavardant ce soir…

… l’autre 4%, je le garde pour moi car...

96% du temps, je suis un ange polaire…l’autre 4%, je n’ai « …

Plein feux sur la lune...

Ça m’a sauté aux yeux, dès que je suis entrée dans la petite pièce me servant de bureau… Elle est vraiment tout en beauté!

Il est à peine 6 :00 du matin. Elle m’apparaît, presque ronde, flottant dans cette fin de nuit d’encre, tel un ballon envolé dans l’Univers Infini…

Par la fenêtre, j’aperçois le rayon qui s’en échappe, venu caresser en amoureux transi, l’immense plaque de glace, lui faisant face.

On dirait une histoire de cœurs, gelée par le temps. Miroir d’ombres passées… Patinoire imaginaire aux milles brillances, aux milles secrets…

Et moi je reste plantée là, à l’admirer, à l’observer…

« Mme La lune, livre-moi donc ton énigmatique charisme, que je m’en serve allègrement dans cette vie… »

En attendant, elle se déplace lentement, tirant vers elle son épée dorée… Filet ténu de mystères…

Fin de nuit, début de journée…

Demain, j’en suis certaine, elle sera pleine

Je passe...

... en rase-mottes, vous dire que je suis en panne d’inspiration… temporaire, je l’espère!

Je vous reviens dès que les « connections » se feront à nouveau dans mon cerveau…

Sûrement bientôt…

Vous faites ma journée!

Ouf! Que d’émotions en cette fin de vendredi après-midi mouillé!

Déjà que ce matin, j’avais démarré à pas de tortue sur un « terrain glissant »…

Tout est bien qui finit bien… Là je sens que mes plumes sont plus légères… Il était temps!

Tout d’abord, y’a eu cette belle journée…

J’ai pu avancer l’un des dossiers qui m’importe beaucoup; j’ai fait part à mes compagnons, compagnes de travail de mon Défi Humanitaire à venir, et j’ai reçu mon itinéraire de voyage pour Inuvik prévu à la mi-janvier. Wow!

C’est ensuivi, la possibilité d’aller à la poste avec Ami BC… Ciel! Une chance! Vous auriez dû voir le Maître de Poste ressortir de derrière son cagibi avec deux « énormes » boîtes (ici comprendre que lorsque tout dans notre vie se déroule à pied… il en faut peu pour que ce qui paraît si simple aux gens du Sud, devienne un Défi pour ceux du Nord!!...) Rewow!

Mais bon la chance était pour moi et je me rendis sans encombre jusque chez-moi… Un Ange y a veillé… Rerewow!

J’ai déposé, élégamment, les colis…

"... Marcher la tête haute...

… et regarder les gens droit dans les yeux… »

Je viens d’une famille de fiers… Fiers d’être Abitibiens, fiers d’être du fond du rang, fiers d’être de St-Mathieu d’Harricana…

Fiers tout court, d’être nous…

Reçue de ma Meilleure Amie, en ces temps un peu « glissants », cette phrase… dont j’ai décidé de faire mon « grigris » pour les prochaines semaines…

Histoire aussi d’apporter mon appui à une Amie Trécessonnienne qui traverse un temps difficile…

J’ai promis de faire fi de mon accablement pour qu’elle s’en sorte le mieux possible…

Damné coup du sort, de la vie…

Imprévisible imprévu...

Je ne pourrai rien faire de plus que d’oublier mes tourments présents, et diriger mes pensées vers Elle, vers Eux… le temps que passe le temps… Le temps que le temps reprenne son vol dans la bonne direction…

"Aussi loin puis-je être, près de vous je suis… n’en doutez-point…"

« Marcher la tête haute et regarder les gens droit dans les yeux… »

Partout et pour tout… Toujours…

Milieu de nulle part...

La mi-décembre… ces dégâts d’eau en Gaspésie, que j’ai peine à voir au-travers de la neige…

Pas la neige du ciel, mais bien celle qui envahit mon écran de télévision, parce que je n’ai pas encore « choisi » de faire brancher le câble…

Comme si je me gardais une petite gêne…

Hésitation…

Ici, le soleil brille, comme pour me narguer, une fois de plus… Le cap rocheux, visible de la fenêtre de la chambre d’amis, m’offre quelques blancheurs et ses mignonnettes épinettes…

J’aurais besoin de partir, m’évader, m’envoler… Changer l’air qui brûle mes poumons, m’époumoner à crier…

« … Comme dans un rêve, j’ai voyagé… L’Italie, l’Inde, l’Indonésie… J’ai visité…

… Rencontré des gens sincères, les honnêtes, les intègres…

Les vrais de vrais…

J’ai mangé un tas de pâtes, de pizza… Et j’ai prié, médité…

Pour me retrouver…

Exténuée, je me suis posée pour aimer… malgré ma peur… »

Aujourd’hui, je me suis perdue avec Julia Roberts dans le film « Mange, prie, aime »…

J’ai aimé… Beaucoup…

Voilà!... C’est tout…

Ça n'a pas d'allure...

« On gèle au Sud, on sue au Nord »… comme dirait Ferland…

… J’avançais à pas parcimonieux sur la surface glacée, givrant du même coup, toutes mes envies de liberté…

Me suis retrouvée prisonnière de moi-même, aucune fuite possible…

Si un pas était assuré, l’autre assurément, ne l’était pas…

J’étais en terrain glissant, j’avais peur de perdre pied…

« Pour vrai?... »

Pour vrai!...

Ce n’était pas une question de température, plutôt de tempérament…

Simplement…

… N’étais pas faite assez forte pour ces jeux-là…

Pas ceux-là…

J’avais la tête comme un immense trou rempli de gadoue… Impossible d’y réfléchir à sec…

J’avais le cœur qui se déchirait au moindre faux mouvement, la moindre respiration me tirait un air de malheur…

Vraiment trop… Patiner : non merci, pas pour moi… Pas comme ça…

Pas ici… Pas là…

Me restait à trouver l’endroit qui serait le plus rugueux, celui qui stopperait ma dégringolade…

D’où je pourrais réajuster mon plan de vol...

... et reprendre mon envol…

Un rien m'habille...

Je suis un ange de rituels, un ange d’habitudes, un ange « toqué » (TOC : trouble obsessif compulsif…)

Le matin, quand le réveil sonne, je « snooze »* à quelques reprises… jusqu’à ce que, inquiète de manquer de temps, je saute en bas du lit…

Je branche le café, me verse un verre d’eau et je lis ma méditation quotidienne…

Puis je cours me préparer… Peu de maquillage, pas de coiffure élaborée, seulement un peu de parfum…

J’adore les parfums…

Je glisse des anneaux à mes oreilles, ma bague de Ré… ou celle qui me rappelle le « courage » que j’ai eu de traverser le parc La Vérendrye, un jour de mai 2006…

Je regarde le petit bracelet argent, attaché en permanence à mon poignet… Y est gravé à l’endos :

« Je t’aime Maman »

… les lettres sont presque effacées… et pourtant, je les ai refait graver déjà…

Pour terminer, je ramasse la petite chaîne, aussi argentée, où siège un cœur martelé et une oie…

Le bracelet m’a été offert par ma Douceur ma Belle, alors qu’elle avait à peine de quoi le payer…

Mon Grand m…

Continuer Pareil - Disney

Je continue pareil...

Je suis allée marcher… Vent de dos, mes ailes m’ont portée… J’avais comme but la Marina... Dix minutes avant l’arrivée, j’ai reculé. Je craignais au retour, la froideur du vent qui soufflait du sud…

De ma marche, flotte encore dans mes oreilles…

« Vrai que la vie est complexe entre le cœur et le cortex, entre l’amour et pis le sexe. Entre les tabous, les complexes, entre les Futures et les Ex, combien de « plasters », de kleenex. Vrai que la vie peut être vache entre les dettes et le cash, le calumet et la hache. On se fait des bleus, on se fait des taches avec des laisses et des cravaches, c’est vrai qu’on en arrache.

Mais, y’a les fleurs, y’a les abeilles, la mer et le soleil. On continue pareil. Y’a Jacinthe et y’a Mireille, les guitares, les bonnes bouteilles.

On continue pareil, envoye!

Vrai que parfois la vie est poche entre les « straights » et les tous croches, entre les « cutes » et pis les moches. On se donne des caresses, des taloches, mais y’a toujours quelque chose qui cloche…

Mais...

… c’est que j’ai un billet à écrire moi!

Un peu paniquée, lorsqu’enfin de retour au bercail hier soir vers 20 :30, je réalisai que, comme depuis quelques jours je pondais mes billets la veille, celui de demain (aujourd’hui…), n’avait pas encore vu le jour…

Vous me suivez toujours?

J’avais pourtant une bien jolie pensée à partager…

Attendez un peu… Si je fouille, je devrais remettre l’aile dessus très facilement…

Voilà… ça dit :

« Aimer les braves gens qui m’entourent, fuir les méchants, jouir du bien,supporter le mal et me souvenir d’oublier, voilà mon optimisme. Il m’a aidé à vivre. Puisse-t-il vous aider aussi.»

André Maurois (1855-1967)

En fait cette pensée m’a aussi aidée à passer au-travers de cette semaine chargée en émotions…

J’imagine que vous vous en étiez doutés…

Mais tout ça fait maintenant parti du passé. Le temps poursuivra son inéluctable œuvre…

… Le temps et les pensées, n’en déplaisent à mon Ami qui les « aiment moins »… (lequel je remercie cependant pour la permission reçue de…

Ah! Ce que j'aimerais...

… ne vous laisser qu’une courte pensée… celle que ma Bonne Amie G, m’a soufflée entre les plumes, il y a un jour ou deux…

Mais je me retiendrai, ce jour à tout le moins, car je sais que, de mon lectorat masculin, il en est un qui n’en est plus capable… Pour lui ça revient tout le temps, plus ou moins, à la même chose…

Je dois avouer que pour une part, il n’a pas complètement tort… Mais quand il y en a qui se pointent juste au bon moment (des pensées, pas des hommes…)… difficile de résister…

Justement…

Ben non! Je résiste!…

Autre sujet…

… J’ai « skippé » le cinéma du jeudi soir! Trop de vent cette fois… Hum! La marche ne sera pas évidente, à moins 35 degrés au plus fort de l’hiver!

Brrr! Je sens déjà le froid glacer mes vieux os! Pourtant, je suis bien enroulée dans ma « doudou », qui n’attend constamment que moi et m’accueille les bras ouverts, pour me donner chaleur et réconfort!...

Beaucoup mieux que n’importe quoi… ou n’importe qui… enfin… presque…

Blague à part, j’ai pris plaisir à bouscu…

Quelque chose comme...

C’était un matin tout doux, où le vent brillait par son absence et où la dernière étoile n’osait aller se coucher…

Elle m’a accompagnée…

Dans ma mitaine, je sentais les grains du petit chapelet blanc, trouvé dans les effets personnels de Maman Fitzsou, quand nous dûmes nous en séparer, il y a de cela un « million » d’années…

Il m’a apaisée…

Je priais pour mon Grand, ma Douceur ma Belle, Papa Fitzsou… Je priais aussi pour moi…

Ça m’a rassurée…

Tout à coup je pris conscience des mots que je psalmodiais chemin faisant…

« … comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé… »

J’ai senti un léger souffle… le vent, sûrement… à moins que ce ne soit... l'inspiration?...

Arrivée très tôt au bureau, j’ai enfilé la jupe aérienne que j’avais glissée dans mon sac à dos, en espérant qu’elle me donnerait des ailes pour la journée…

Ce qu’elle fit…

… elle et ces quelques mots griffonnés sur un bout de papier, laissé, comme abandonné au hasard de la vie « … comme nous pardonnons… »

Ce soir, quand je me s…

Il était deux fois...

… une gentille Dame, qui vivait sa vie, impassible, sans bruit ni passion de cœur.

Malheureuse elle n’était point. Incertaine de ce que lui réservait le Temps à venir, elle n’osait faire de projets à long terme et laissait les jours s’écouler, sereinement, à l’image du courant de la rivière…

Subitement, un beau jour, on vint troubler sa quiétude. Oh! Sans méchanceté, il va de soi… Mais tout de même...

Troubler…

Et de fil en aiguille, rapidement la gentille Dame se laissa emberlificoter dans une fiction abracadabrante, qui la laissa, à peine quelques mois plus tard, désillusionnée, et attristée…

Se demandant inlassablement, quel message elle devait tirer de cette équipée, ses nuits se transformèrent lentement, en nuits d’horreur, la figeant dans des insomnies, à défaut de trouver réponse à ses tourments…

Un fort sentiment d’avoir été trahie l’envahit…

Heureusement, elle en avait vu d’autres et sagement, elle décida de s’en remettre au Temps…

« Temps, dis-moi, combien de « temps » te prendra-t…

Pathétique...

… Après plusieurs semaines de grisaille, le soleil s’est montré le bout du nez.

Enfin!...

Et c’est par un heureux hasard, croyez-moi, que j’ai pu en profiter.

Quelle coïncidence! Mes batteries étaient tellement à plat, et avaient tant, cet urgent besoin d’être rechargées, qu’il me fallut marcher deux heures, directement branchée sur le courant de l’énergie solaire pour arriver à refaire le plein. Le temps d’atteindre la Marina (désertée) et d’en revenir.

Je me sentais l’âme d’une louve blessée et épuisée, cherchant une cache le temps de reprendre ses forces...

Bizarre de comparaison!

Pour la première fois à vie, j’avais ma musique au bout d’un petit MP-3, glissé dans les poches. Des notes plein les oreilles, mes pas ont scandé le rythme pendant le long parcours.

La Grande Muraille n’aura qu’à bien se tenir!!!

Chemin faisant, je regardais, pantoise, le défilement de la nature. Les quelques pauvres épinettes maigrichonnes, poussées aléatoirement, aux quatre coins du territoire, sur cette terre …

Piou, piou, piou...

La fin de semaine fut pénible. Trop d’émotions malaisées à décortiquer… Trop d’évènements qui auraient dû être, qui ne furent pas…

... Trop d’évènements qui ne devaient pas être, qui furent…

Enfin bref, ce fut très éprouvant pour moi, mais je suis toujours debout, à tenir le phare…

À mon réveil, le poids qui oppressait ma poitrine hier, avait disparu. C’est du passé. Je suis juste capable encore de situer précisément où il se trouvait… En fait l’inconfort s’est légèrement déplacé un peu plus bas…

Par chance, j’ai eu comme d’habitude, toute une équipe de Bonnes Samaritaines (s) et Amies (s) pour m’éclairer, me supporter…

Merci d’être là, autant que vous êtes… Disons que ce furent les « Bons moments » de mon « Mauvais week-end »…

Aujourd’hui est un nouveau jour, dans la même vie.

Par exemple…mon horoscope de dimanche sur MSN Astrologie… ( je sais, je sais que ce n’est pas la vraie vie… simple curiosité…)

« Il y a du changement dans l’air… Des évènements nouveaux qui pourraient vous entraîner ve…

J'ai lu un jour...

… chez Nanou la Terre (2010-05-16), ce proverbe, écrit par un Dominique…

« Il y a deux choses que l’on peut léguer à ses enfants : des racines et des ailes… »

… J’aime beaucoup…

… sans aucun autre commentaire…

Bon dimanche!...

Comme un journal intime...

... J’ai passé la semaine à Kangirsuk… enfin, pour moi la semaine s’est arrêtée le jeudi… pas pour vrai… Juste pour le Nord…

Après moult embûches, j’ai livré, je crois, la marchandise. J’ai passé quelques subtils messages sur le diabète, la façon de le prévenir, de le contrôler…

Peut-être… j’ose espérer…

J’ai quitté Kuujjuaq par un beau lundi après-midi. Sans embûche, j’ai atterri à Kangirsuk, trois villages plus loin.

Mardi : rencontres avec les élèves du secondaire, tentant, tant bien que mal de leur faire comprendre l’importance de bien manger et de bien bouger, pour être en santé…

Mercredi : ma Conférencière est malade… j’assume seule les présentations… J’y arrive, même à la radio FM… les ondes … en anglais, s’il vous plaît… Pour moi en tout cas!

Oui je sais! Que fais-je ici sans être bilingue? Je me le demande moi aussi, chaque jour… Et chaque jour je me dis que je me débrouille somme toute, assez bien…

Alors pourquoi ne pas poursuivre, n’est-ce pas?...

Voilà… j’y suis, j’y reste… C’est …

Lettre à mon Grand

« Vingt-quatre années déjà se sont écoulées depuis ta naissance.

Vingt-quatre belles années t’ont vu grandir, t’épanouir.

Vingt-quatre hivers ont défilé sous tes pieds, parfois chaussés de patins ou de planches à neige…

Vingt-quatre printemps t’ont offert leurs rivières calmes ou tumultueuses…

Vingt-quatre étés t’ont vu voler, explorer le ciel, défier les champs…

Vingt-quatre automnes t’ont vu courir les bois, tantôt seul, tantôt avec des amis, tantôt avec ton Père…

Vingt-quatre années te ramènent là où tu es, à étudier avec de grandes ambitions... à travailler pour subvenir à tes besoins…

Alors moi aujourd’hui, vingt-quatre fois je te souhaite la santé, la joie de vivre, le bonheur…

Que tous tes rêves, même les plus fous, se réalisent et te comblent. Que tes aspirations n’aient d’égales que l’Univers, rien de moins…

Je t’envoie du Grand Nord, le plus chaleureux des câlins, enrubanné de tout l’amour que je peux avoir pour toi…

Joyeux Anniversaire mon Grand!

Ta Mom xoxoxo »

photo: pour toi, la…

Lever de soleil, prise 3...

"REGARDE TOUJOURS DANS LA DIRECTION DU SOLEIL LEVANT ET TU NE VERRAS JAMAIS L'OMBRE DERRIÈRE TOI"

proverbe Japonais

(... le bâtiment abrite la piscine municipale...)

L'autre versant...

... à peine quelques pieds plus loin...

La belle Kuujjuaq s'offre à moi sans autre façon...

novembre 2010

Là-haut sur la colline...

... la vue qui m'apparaît après un virage et une légère montée.

À cet endroit, je me trouve qu'à quelques minutes de marche de la Régie...

Lever de soleil, prise 2...

Mes premiers pas sur la route qui mène au travail...

J'ai le regard tourné vers la rivière Koksoak...

novembre 2010

Je n'ai même pas...

… mis le nez dehors de la journée! En aurais-je trop fait hier, ce qui aurait entraîné indubitablement cette journée de farniente?

Même la robe de chambre n’a pris le bord qu’en milieu d’après-midi!

Il faut dire que j’ai commencé hier matin, par me battre contre cette belle neige blanche qui cachait à peine ces milliers de roches sournoises qui n’attendaient que le poids de mon ski pour me freiner abruptement.

Oh les chutes!...

Après un trente minutes d’entêtement, je revenais à mon port d’attache pour ne le quitter qu’en fin d’après-midi, où je reprenais la route pour une marche de 40 minutes aller-retour, histoire d’aller patiner (après une dizaine d’années sans l’avoir fait) une bonne heure à l’aréna.

Bravo pour l’exercice!

Difficile de garder la cadence cependant (que je me dis quand je vois la journée qui se termine!)

Mais…

… j’ai une bonne excuse! Je devais préparer la présentation que j’irai faire à Kangirsuk cette semaine, dans la langue de Shakespeare, bien sûr.

J’en ai aussi profité …

Bla-bla d'un samedi matin...

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir tristement heureux? De flairer le bonheur à plein nez? De vous laisser pénétrer par une immense sensation de bien-être? De savourer, par un beau samedi matin, simplement, la vie?

Confortablement calée dans le gigantesque fauteuil aux couleurs de « sable d’une plage délaissée pour l’hiver », ce sont ces pensées qui flottaient autour de moi vers les neuf heures...

Et en le réalisant, subitement les yeux se sont mis à me piquer…

Non… pas d’allergie…

Comme si c’était trop beau pour être vrai, comme si d’être ici, à faire « cela », était comme un pur cadeau du ciel…

J’ai dit : « Merci »…

Alors que j’ouvrais ici et là, pages de cahier d’écriture, de livres ou de documents professionnels, comme une abeille aurait butiné de fleur en fleur, je réalisai que j’étais à semer aux quatre coins de mon appartement, ce à quoi je tiens beaucoup: les livres.

Non pas dans un désordre désordonné, plutôt dans un ordre très ordonné…

Comme si je voulais goûter d’un peu de chac…

Lever de soleil...

… ou chambre à coucher? Là est la question!

Ce matin, m’en allant chemin faisant vers le boulot, j’ai immortalisé quelques clichés de Kuujjuaq.

Une montagne baigné de lumière rosée…

Un soleil si beau, qui osait percer simultanément et les nuages et la nuit…

Un Kuujjuaq qui s’étirait langoureusement devant moi, un peu provoquant…

Puis quand vint le temps d’écrire, je me rappelai la promesse d’une visite guidée du 2013-B…

Pas le choix donc, de finir ce que j’ai commencé il y a quelques jours!

Voici donc à quoi ressemble la chambre d’amis qui servira également de bureau de travail ou plutôt de cogitations littéraires…

Vous verrez les autres photos d’ici quelques jours… Si je pouvais au moins apprendre à maîtriser la technique de publier plus d’une photo à la fois…

Parlant de maîtrise… cette semaine a vu naître mon premier travail sur Power point! Je sais que pour la plupart d’entre vous ça paraîtra ridicule, mais moi, je ne maîtrisais pas la technique, mais alors là, pas du tout!

C’est ma Généreus…

Plagiat

Je ne peux y résister… S’il vous plaît, veuillez me pardonner cet écart de conduite. Ça ne m’arrive pas souvent, juste quand…

… j’ai des coups de cœur! Pour une fois que ce ne sont pas des « coups au cœur »!...

Ce matin en parcourant les derniers billets de Méli-Mélo, j’y ai lu un passage fantastique, rédigé le 20 novembre dernier.

Celui d’un film de Mathieu Kassovitz (1995), « La Haine ».

« C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Tout au long de sa chute il se répète pour se rassurer:

« Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien… »

Mais l’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage… »

Quand mes yeux ce sont posés sur ces mots, je me suis vue ici, à Kuujjuaq. Pour toutes ces fois où je me les suis répétés, sans penser plus loin… Juste répéter…

« Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien… »

Et n’est-il pas vrai que ce n’est pas dans le "pendant" que l’on est embarqué dans un quelconque défi,…

En primeur!

Je me suis amusée ce soir, à prendre les premières photos de Petit 2013-B! Un vrai beau BB, n’est-ce pas?

Comme mes connaissances sont toutefois limitées, je vous les présenterai les unes après les autres…

Elles agrémenteront sans façon, le billet du jour… Et comme je quitte lundi pour la semaine, ça vous fera de quoi vous mettre sous la dent, en attendant…

Bien sûr il manque encore quelques trucs sur les murs… surtout au salon… Et quelques affiches posées rapidement à l’aide de bandes Velcro, refusent obstinément de tenir et s’échappent à tout moment…

Qu’importe, j’y verrai en fin de semaine…

J’apprivoise chaque jour, le nouveau trajet pour me rendre au travail. J’ai déjà eu droit à un magnifique lever de soleil et une lune magique m’a raccompagnée un temps, lundi soir.

Sauf que…

… je n’avais pas mon appareil! Leçon numéro 1 : dorénavant, je l’aurai toujours avec moi!

Il me semble que les photos ne rendent pas justice aux lieux. Je trouve que c’est plus « cozy » en réalité…

Ce sera à vous de …

Deuxième jour...

Il m’en a pris 20 minutes hier soir pour faire le trajet du bureau jusqu’à mon nouveau chez-moi.

Que 20 minutes!...

Je suis découragée! Je devrai trouver d’autres activités pour compléter l’entraînement : les marches ne seront pas suffisantes!

À voir…

J’ai presque fini d’installer mon havre de paix… Comme ça que je me sens ici, en paix. Ne me demandez pas pourquoi. Peut-être est-ce à cause des couleurs beiges ou encore du bois foncé…

À moins que ce ne soit la vue qui s’offre à moi, par la fenêtre du petit bureau que j’ai aménagé dans la chambre d’invités, par le fait même, celle pour les Amis… J’y vois le « land » qui s’étend, les quelques arbres, comme une invite à explorer. Ce « land » qui n’attend que moi…

Je crois bien que j’adopterai cette pièce. Même le tic-tac de l’horloge me rappelant que « le temps perdu n’est pas recyclable », me rassure, me calme, m’apaise.

Hier soir après le départ de M. Le Factotum, j’ai accroché quelques affiches sur les murs, quelques encadrés, histoire d’expo…

C'est fait!

Déménagement terminé après 5 heures d’empaquetage samedi matin, 45 allers-retours dans les escaliers pour descendre toutes les boîtes avant que mes 7 « helpers » n’arrivent et finalement, après un seul voyage et deux heures plus tard, tous mes effets reposaient sagement dans mon nouveau logis.

Je réalise, comme je l’écrivais à un Ami un peu plus tôt, que c’est la première fois de ma vie d’adulte que j’habite un logement neuf. Tout est « droit » ici (comparé à toutes les vieilles maisons que j’ai habité auparavant), tout est moderne et neuf.

Même les meubles!

Wow! Je me trouve vraiment chanceuse et privilégiée. Ça valait la peine de demeurer un an au « 290 » pour trouver un nouveau et grand « 2013-B » si invitant et confortable.

J’ai profité de mon dimanche pour vider mes nombreuses boîtes et sacs et ranger le tout, un peu partout, car ce ne sont pas les espaces de rangement qui manque!

Je crois que déjà, j'ai réussi à placer l'appartement pour qu'il me ressemble: organisé et ch…

Nouveau départ

C'est aujourd'hui le grand jour, le jour "J"...

Les boîtes sont faites, il ne me reste que quelques voyages à descendre. Je crois que j'ai pas loin de 45 boîtes et sacs... Il risque d'y en avoir plus d'un découragé.

Mais nous serons quatre et nous devrions y parvenir, parole d'ange-aérien!

Photos et écrits suivront, mais probablement pas aujourd'hui et peut-être pas demain non plus...

À moins que...

Y'a de la tempête dans l'air...

Mon lit me berçait, tellement il ventait la nuit dernière. En fait, c’est tout le building qui se balançait sous les rafales de vent.

Ce n’était guère invitant à l’extérieur ce matin. Un bref coup d’œil jeté à la météo m’apprit que les rafales pouvaient atteindre 70km/heure.

Non mais, allez tenir sur des plaques de glace à cette vitesse!

Bien sûr ce ne sera pas la seule de l’hiver… On ne peut qu’espérer que ce soit la seule de l’automne!

Les amoncellements de neige rendaient les déplacements difficiles. Je n’ai pas eu le courage de revenir dîner (déjeuner, pour M. Sobieraj!) à la maison. Une courte visite à l’épicerie m’a suffit. Je savais pertinemment qu’il y aurait bien d’autres belles journées pour marcher…

Quoique ce soir, après un 5 à 7 amical avec quelques Collègues ayant accepté de venir souligner avec moi et quelques autres connaissances de d’autres Organismes Locaux, mon Premier Anniversaire Kuujjuamiuk, je me suis bravement rendue à mon rendez-vous chez mon Esthé K. prévu à 20 :…

2013

Ce pourrait signifier que je me suis installée à ma table à 20heures13…

Ce pourrait… (et ce serait plausible…)

Ce pourrait aussi annoncer un éventuel projet de retraite pour dans trois ans…

Ce pourrait… (et ce serait souhaitable…)

Ce pourrait bien sûr, représenter mes avoirs pécuniaires…

Ce pourrait… (et j’en serais fort aise!...)

Ce pourrait simplement instruire sur le nombre de centimètres de précipitations de neige que nous risquons d’avoir cet hiver…

Ce pourrait… ( et nous pourrions en être ensevelis…)

Ce pourrait peut-être vouloir dire que dans 2013 minutes je pourrais être fort occupée à …

Ce pourrait… ( ah non! je n’oserais toujours pas, vous laissez une fois de plus, sur votre appétit avant de vous dévoiler ce à quoi je pourrais bien trouver à m’employer ainsi…)

Ce pourrait-il que cela ne représente rien de plus qu’un nombre?

Ce pourrait… (et ce serait un peu plate pour la stimulation de votre imagination…)

Se pourrait-il que quelques unes (uns) d’entre vous ayez pigé de quoi il est ques…

Traîtresses...

Depuis trois jours maintenant que j’en ai saisi l’ampleur, de tout ce qui se cache dessous…

Je n’aurais jamais imaginé que l’on pouvait être aussi abjectes…

Aussi…

… ignominieuses?...

Depuis je n’ose plus avancer sereinement… Mes pas sont hésitants dans ce village, qui pourtant, j’aime tant…

Comme si je ne pouvais plus faire confiance…

Mon insécurité m’envahit, me dévaste, englue mes plumes…

Me tétanise, me paralyse…

J’en ai mal aux hanches, mes genoux flanchent à chaque coin de rue…

Je ne sais jamais quand elles surgiront, quand elles se glisseront dans ma vie…

Hypocrites, sans avertissement…

Je n’en peux plus, c’est presque trop pénible pour moi…

J’aurais aimé retour plus doux, vol plus…

…moins…

Quelle fausse réalité! Quelle tape à l’œil! Si je m’y fiais, je m’y tromperais à coup sûr…

Et pourtant…

Pour certains, ça semble si facile… Comme si de rien n’était…

Enfin, pour Eux tous finalement…

Qu’ont-ils de plus que moi? Qu’ont-ils que je ne possède pas?...

La Foi?...

J’en ai marre de circuler, les fesse…

16 novembre 2010

21hres51…

J’avais en tête un titre percutant, genre : « Un an déjà!!!... » Et l’ayant dans la tête, j’ai inscrit sur mon brouillon : « 16 novembre 2011 »!!!

Est-ce un bon présage???

Un an déjà, jour pour jour aujourd’hui, que j’ai atterri ici, en plein Kuujjuaq.

Un an déjà, que j’arpente le matin, à 7 :30, la petite rue qui mène à la Régie.

Un an déjà, qu’à mon arrivée au bureau, je prends quelques secondes pour lire la pensée de la reproduction, accrochée sur le mur de gauche en entrant :

« I cannot change yesterday, I can only make the most of today and look with hope toward tomorrow. »*

Un an déjà, que je commence par débarrer le tiroir de mon classeur et démarrer mon ordinateur.

Un an déjà, que je vais me chercher un café, préalablement préparé par Collègue R.

Un an déjà, que je m’installe confortablement derrière mon écran et que j’y sirote mon café tout en prenant connaissance de mes messages.

Un an déjà, que j’apprivoise ce nouvel emploi, sous toutes ses facettes, toutes ses coutures.

Un …

Youpi! J'ai gagné...

Désolée pour hier! Je suis arrivée trop tard à Montréal pour sortir ma « réguine » et vous lancer quelques lignes…

Promis que ça ne se produira pas trop souvent…

Ce matin, présente très tôt à l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau, j’enfilai le long trottoir des arrivées (!) pour accéder à l’emplacement des départs (!) un étage plus haut.

Réparations obligeaient…

L’enregistrement de mes deux valises effectué, je pris la direction de la Sécurité. J’aime toujours mieux abattre toutes les tâches désagréables en premier. Par la suite, il me semble que je retrouve une certaine quiétude, le temps qu’arrive l’embarquement.

Mais ce matin, j’ai gagné! Oh pas grand-chose! J’ai été choisie pour…

UNE FOUILLE EN RÈGLE « ALÉATOIRE » qu’à m’a dit!...

Chanceuse que je suis, va!

Après m’avoir tâtée tous bords, tous côtés, on m’a offert la fouille « manuelle » ou le scan… J’ai choisi quoi vous croyez?

Ben oui! Le scan!...

Bon, disons que ça sera mon mauvais moment de la journée…

J’ai repris ma déambulation dans les lon…

Et si on se souhaitait...

… Bonne Année?...

Ça allait de soi : si dimanche dernier nous étions comme un Noël 25, ce soir nous étions la veille du Jour de l’An, non?

C’est donc chez les Amis LemPom et Am, que nous, les Trois Sœurs, Tendre Neveu, Énergique Filleule et Amie JoB, avons célébré, autour d’une fondue à l’orignal, brie fondant, salade et pâtisseries provenant de la Boulangerie La Gourmandine!

Hum!...

Croyez-vous que c’était suffisant, pour que nous ayons eu l’impression d’avoir dignement souligné ce Premier Jour de l’An de notre Vie Imaginaire?

Oh que non!

Lorsque Amie JoP offrit de plonger pieds premiers dans le Spa, ce n’est qu’après quelques minutes d’hésitation, que nous nous retrouvâmes, avec costumes de bain improvisés, dans un bain extérieur chloré, dont la température avoisinait les 100 degrés…

« Zénitude » laissa tomber ma Jeune Sœur Chérie…

C’est donc les cheveux (plaqués) au vent, que nous avons macéré pendant presqu’une heure dans ce bain aux lumières vibrantes et aux tourbillons enlevants…

Je pouv…

Alexandre...

… Jardin!...

Il me semblait bien aussi! Je me suis surprise à parler de cet auteur à deux ou trois reprises aujourd’hui, disant que j’avais lu quelque chose de lui, je ne me rappelais plus où…

Je viens de trouver!

J’arrive tout juste d’une veillée à Vassan avec mes deux sœurs. Je savais que mon billet n’était pas écrit et pour être franche, je me demandais bien ce que j’aborderais ce soir, pour ne pas dire cette nuit! Hier je crois, sur le site de Matins Magiques, Mme Charron avait publié ce passage :

« Imaginez que vous vous donnez le droit d’être furieusement heureux. Oui, imaginez une seconde que vous n’êtes plus l’otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions.
Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l’instant présent.
Imaginez que vous savez tout à coup être léger sans être jamais frivole.
Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez …

Beau temps pour voler!

Ce matin en ouvrant les yeux et en apercevant les rayons de soleil qui jouaient à la cachette derrière les rideaux, j’ai immédiatement su ce que je ferais de ma journée : direction le « SylÉmi »!

Je n’ai pas couru. J’ai pris le temps. Le temps de passer voir ma Meilleure Amie et mon Jeune Frérot à l’aéroport. Ciel : c’est qu’ils en ont du pain sur la planche ceux-là! Des dizaines d’hydravions ont posé leurs flotteurs sur le sol, le temps d’un hiver. Certains les troqueront contre des skis, les autres subiront leur inspection sans dire un mot…

J’aurais aimé vous montrer de plus près ce à quoi ça ressemblait. Bizarrement, les photos sont sorties brouillées. Probablement la gêne…

J’ai pris la route 109 jusqu’à St-Félix où un arrêt s’imposait, tant pour de l’essence pour Petit Escape, qu’un repas frugal pour la conductrice! Je suis débarquée en plein chantier. Le proprio est à refaire une beauté à son commerce qui a pignon sur route depuis belle lurette.

Comme tout change…

J’ai retrouvé le « S…

"Ce matin avec le soleil...

… talidam, talidam. Avec le soleil ce matin, je me suis levée… »

Vous vous rappelez cette chanson de Corcoran-Gosselin? C’est vraiment ce que j’ai eu en tête en entrant dans la p’tite cuisine, de la p’tite maison faisant partie de ma… p’tite Vie?

… À bien y penser, ben non!… Plutôt de ma grande et belle Vie!

… Mon Sympathique Gendre p’tit-déjeunait, déjà presque prêt pour le travail…

… Patch-a-one, la p’tite chatte à l’allure lionnée, faisait les cent pas, de la cuisine au salon, attendant impatiemment le retour de son amie, P’tit Bonheur, partie trotter depuis la nuit passée…

… Méo, sagement couché avec sa p’tite sœur, ma Douceur ma Belle, demeurait tapi dans la chambre…

En fait, seul le bruit de la pompe à eau rompait la quiétude du moment « présent »… C’est là que j’ai décidé d’en faire mon « p’tit bonheur du jour » sans savoir ce qui se présenterait plus tard.

J’entame donc, très tôt, ce vol plané de bonne augure, toutes ailes déployées, prête à tout pour capter le moindre instant de fél…