samedi 31 mars 2018

Point de rencontre


J’avais mal dormi. Comme si le sommeil avait décidé d’aller voir ailleurs si j’y étais. Résultat? À deux heures quinze du mat’, je tranchais la miche qui avait refroidi sur l’îlot!!!
 
Sans pouvoir dire pourquoi, je savais que le fait d’avoir enregistré une alarme-réveil à 7h n’était pas en cause. C’était autre chose. Mais quoi???

Je finis par sombrer dans cette nuit écourtée d’avance. Quand résonna Scampering Tone… je n’eus d’autres choix que celui de sauter en bas du lit. Après tout, ce matin était jour de liesse : ma Douceur ma Belle revenait de son Nord!

J’empruntai la route 111 sous un soleil brillant, pensant qu’alors que je parcourais les 73km me séparant de l’aéroport de Val d’Or, ma DmB, elle, survolait les 522 la ramenant vers son Abitibi natale. Au final, ça nous prendrait le même Temps pour nous retrouver au point de rencontre!

"Aérogare de Val d'Or, 29 mars 2018"
Arrivée on time, j’eus à peine le Temps de siroter un latté que le Dash-8 de Jazz se posait et roulait lentement vers l’aérogare. Bonne dernière, je la vis descendre les quelques marches métalliques, avec l’assurance de la jeune voyageuse revenant de loin. Quelle noble prestance elle a ma Fille! 

N’est-ce pas là, bonheur et privilèges d’une Mère, d’étaler ces belles retrouvailles au grand jour?...

2 commentaires:

François Sobieraj a dit...

Pourquoi nos enfants, lorsqu'ils viennent de loin nous rendre visite, descendent-ils toujours les derniers du train ou de l'avion ?...

Anonyme a dit...

Absolument aucune idée mais je porterai attention pour la prochaine fois, promis��

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....