mercredi 21 décembre 2016

Première sortie officielle



« … J’entendais grattouiller dans la garde-robe depuis quelques jours. Je savais que ce ne pouvait être quelques rongeurs indésirables, puisque ici, aucune porte d’entrée ne leur était offerte.
 
Quand j'examinai attentivement l’intérieur, recherchant activement la provenance de cet étrange bruit, j’aperçus dans le fin fond, les kamiks* qui se tortillaient d’impatience. 
 
Ainsi c’étaient eux qui farfouillaient vers la sortie pour s’extirper de la noirceur !

Après avoir jeté un bref coup d’œil à la température extérieure, je jugeai qu’il était Temps pour eux de remettre le nez dehors après ces longs mois passés, terrés dans ce cagibi. Car il n’était nullement question de les initier à la nouvelle neige tombée, à une température où ils se seraient vite détrempés.

Chaussée de ces ancêtres minimalistes, me voilà à fouler la neige folle, le pied léger, le cœur en liesse.

Comme j’aime déambuler en sentant le sol sous mes pieds! Au début la froidure semble toucher la peau mais très vite, les mouvements et la semelle en peau de mouton, agissent et produisent la chaleur nécessaire pour rendre la marche confortable. 

Heureuse comme « un phoque sur la banquise », c’est ainsi que ces simples bottes m’ont fait renouer avec le plaisir de la froidure hivernale. 

Et ça ne fait que commencer… »
*bottes en peau de phoque fabriqués à la main par les femmes Inuits; ceux que je porte, ont été faits par une Dame de Quaqtaq, Mrs Susie Jararuse
« Première sortie officielle », Amos, décembre 2016

Aucun commentaire:

Lien entre insomnie et Leclerc

L’épisode ne date pas d’hier. Plutôt, d’avant-hier. La chaleur m’écrasait et me maintenait captive, collée aux draps froissés. Les voila...