mardi 30 mai 2017

Le Petit monde du SylÉmi



« … Bonjour SylÉmi,
 
Six mois plus tard… Qu’est-ce que t’as changé! C’est avec stupeur que je t’ai retrouvé, ta galerie avant toute écrapoutie. La chaise berçante double qui y siégeait, a le cœur brisé en mille miettes et le fauteuil Adirondack ne paie pas de mine avec son
bras amputé. Et que dire à l’intérieur, de ta mezzanine dégageant autant d’odeurs pestilentielles. 

Non mais! Quelles retrouvailles tu me fais!

Heureusement, l’hiver t’a laissé un répit au moins sur un point : tu n’as attrapé qu’une seule souris, morte dans le chaudron d’eau oublié sur le poêle à bois. Pauvre elle! Elle se mourrait peut-être de soif (ou de chagrin) après avoir grignoté tous ces blocs d’anticoagulant... 

Je t’ai ouvert aux quatre vents pendant que dehors l’orage faisait rage. J’ai chauffé ton ventre, l’ai fait crépité d’une joie éphémère. J’ai allumé quelques chandelles pour éclairer ton intérieur, nettoyé les boîtes d’appât. Je t’ai donné partie de cet amour qui me consume lentement…

J’en ai profité pour replacer le baril qui recueillera l’eau de pluie servant à t’hydrater, l’été durant. Je me dis que je devrais nettoyer tes gouttières. Le ferai-je?... Sûrement pas en avant… Des plans que... je me plante!...

Pour te rejoindre, j’ai eu l’idée de laisser Petit Escape un peu plus au sud, chez les Labonté. Un court 2km, sac au dos, celui-là même qui me servira lors de ma prochaine longue randonnée. Exercice somme toute, très léger, mais que de souvenirs cela a ranimé en moi.

Cousin Yvon (merci tellement!) est venu couper du bois. Je suis certaine que c’est lui.
Il n’y a que lui pour t’aimer autant. On en aura un peu pour se chauffer la couenne si je trouve une façon de t’approcher quand le prochain hiver se pointera la bette.

Je lancerai un appel à tous sur Facebook pour avoir un coup de main afin de réparer ta galerie et peut-être, sauver les meubles abîmés.

Sait-on jamais qui pourrait répondre à cet appel à l’aide!...

Je te laisse SylÉmi. Fais bien attention à toi. Je te reviendrai dans pas long.

Je t’aime,  
S  xoxoxo… »

6 commentaires:

Sally Fée a dit...

Pauvre petit nids, je te souhaite quelques âmes charitables et bien outillées pour redonner au SylÉmi son lustre d'antan...

xxx

Zoreilles a dit...

Je t'en souhaite tout autant et je trouve si belle ta façon de lui écrire dans ce journal de bord qui se trouve là-bas. C'est qu'il a une âme, ton SylÉmi!

Sylvie Dénommé a dit...

Bonne Fée... j'espère bien trouver... J'ai bien-bien confiance en mon réseau!!! ;-0

Sylvie Dénommé a dit...

Zoreilles, je laisse quelques mots à chacun de mes passages au SylÉmi. J'invite même ceux qui s'y posent que brièvement, à faire de même.
Peut-être qu'un jour je te le ferai connaître, qui sait???...

Zoreilles a dit...

On a un journal de bord aussi à Rapide Deux. On est même rendus à notre 4e carnet bien rempli. On demande toujours aux gens qui nous accompagnent de laisser une petite phrase avec leur signature. Plusieurs se laissent aller à raconter leur séjour ou leurs impressions à tel point que c'est surprenant, ils y prennent goût, ils lisent les autres, ils relisent ce qu'ils ont écrit la fois d'avant, etc.

C'était pareil à notre maison du lac Dufault où l'on a été pendant 22 ans. Pareil à notre chalet qu'on avait au lac Long, etc.

Je vais finir par croire qu'on aime écrire et qu'on transmet à d'autres ce goût de laisser des petites traces de leur passage chez nous!

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Je pense pareil... c'est toujours fascinant de lire ce que les visiteurs de passage écrivent...
J'adore ce rituel!

Et si je vous jasais ça?

Elles mirent plus de seize heures pour rouler les 1400 kilomètres séparant Amos d’Alma. Alma d’Amos. Entre les deux, elles avaient péd...