vendredi 10 février 2017

Encore une fois…



« … J’avais pris le risque. Celui de me river le nez sur un « c’est complet ». Mais comme je me répète souvent  « Qui risque rien n’a rien », j’ai osé. Et ça marché!
 
J’étais avec Bonne Amie Ghi. Entendu d’avance, elle passait me prendre et nous irions en voiture.  
Marche et entraînement de l’après-midi nous avaient suffi. L’exercice quotidien était fait.

À l’entrée du Théâtre des Eskers, une file d’attente. Confiantes, on prit le rang. Avec raison, car finalement, il restait encore ici et là en plus du balcon, plusieurs sièges libres.

Les lumières se sont éteintes. Le narrateur, Henri Chassé, est arrivé et nous a plongées dans le contexte de la pièce. Nouvelles nuances d’éclairage, et Nana (Guylaine Tremblay) est montée sur scène et a littéralement, brûlé les planches!

Quelques applaudissements ici et là, vinrent interrompre les longues tirades de la comédienne. Quelle présence! Quelle gestuelle! Quelle authenticité! J’y ai cru à cette femme des années 50-60, drôle, enflammée, inventive. À l’imaginaire fécond et débridé. Même que… à quelques reprises, je m’y suis retrouvée…
Dans ses exagérations…

Lorsqu’à la toute fin, elle déclame sa montée vers le ciel, les poils m’en sont dressés sur les bras. Une belle finale, toute en lumière.  

Quel bel éloge à sa Mère, Tremblay a-t-il fait là! 
Quel travail de mémorisation pour Mme Tremblay! 

Dois-je préciser que j’ai aimé… en maudit* ?... »
*addenda : clin d’œil à l’auteur, qui insiste pour faire dire à Nana, que maudit… c’est comme sacrer! Je me souviens qu’aux funérailles de Maman Fitzsou, nous avions choisi comme chant de sortie, sa dernière chanson fétiche : « Maudit bonheur » de Michel Rivard. 
Et on avait, de ce fait, insulté une vieille tante…
« Encore une fois… », Amos, février 2017


2 commentaires:

Zoreilles a dit...

Tu m'as fait revivre le bonheur d'avoir assisté à cette pièce il y a un bon moment déjà, avec Rita Lafontaine dans le rôle de la mère. Guylaine Tremblay a repris ce rôle avec brio et tout le talent qu'elle a, c'est ce que disaient les chroniqueurs culturels, tu le confirmes.

Sylvie Dénommé a dit...

Je porterai à mon tour le souvenir de cette pièce... Seul le nom de la comédienne changera!J'ai adoré!

Lien entre insomnie et Leclerc

L’épisode ne date pas d’hier. Plutôt, d’avant-hier. La chaleur m’écrasait et me maintenait captive, collée aux draps froissés. Les voila...