lundi 27 mai 2013

Mots de l’au-delà



« … Écoute ces mots qui vibrent sur les murs du mois de mai. Ils veulent dire la certitude que tout peut changer un jour… 
 
… Viens, je suis là, je n’attends que Toi… Tout est possible, tout est permis... Sans projet et sans habitude… Nous prendrons le temps de vivre, d’être libres… Amoureux de la nuit qui renaît chaque jour… Nous dormirons ensemble dans un monde réinventé à notre image… Si tu veux le garder… 

… Le vent de l’histoire a tourné… C’est lui qui portait dans ses mains la fleur d’amour cueillie dans ton jardin… Savait offrir des fleurs… Tu me diras que j’ai tort de rêver… 

… Passe, passe le temps, il n’y en a plus pour très longtemps… C’est la neige qui fond, c’est le souffle du vent au sommet des collines… Il y avait un jardin, une maison, des arbres… et un petit ruisseau… Y découvrir des fleurs qui n’avaient pas de nom… J’appartiens à la famille des tournesols… 

Où est cette maison… que je cherche encore… J’ai les clés du futur… On peut ouvrir ma porte avec la clé de sol… Et les étrangers de passage, on n’en savait jamais assez… Quand pourrons-nous rentrer ensemble à la maison?… Quand pourrons-nous enfin marier nos saisons?… Tu es plus loin que la distance… qui nous sépare… On ne s’attend pas au bout d’une ligne droite… Je ne sais pas jusqu’où ira… 

... Un jour tu seras au bout de mes voyages… Nous pourrons rêver notre vie… Qui le premier pourra chanter la liberté?...

… Pour avoir si souvent dormi, avec ma solitude, je m’en suis fait presqu’une amie, une douce habitude… Près du lit encore défait, il y a… Des murs qui emprisonnent… Pendant que je dormais pendant que je rêvais… Mes lèvres vont se mêler, se mélanger à tes lèvres gourmandes… Je déclare l’état de bonheur permanent, et le droit de chacun à tous les privilèges…

… On voit dans le jour qui se lève… S’ouvrir tout un pays de rêve…Le tendre pays des amants… Tu m’as séduit (sic) comme jadis… On part avec le cœur qui tremble du bonheur de partir ensemble, sans savoir ce qui nous attend… Ainsi commence le voyage… Danse autant que tu peux danser sur les pavés, sur l’herbe… Elle est rebelle… Elle ne marche pas, Elle danse. Elle ne fait pas l’amour, Elle aime…

… Je ne savais pas que tant de musique pouvait laisser tant de mélancolie… Un bateau, un avion, un taxi… Voilà ce que c’est mon Vieux Joseph… 

… Et nous ferons de chaque jour toute une éternité d’amour que nous vivrons à en mourir… »

Angélique hommage à Georges Moustaki, à partir des paroles de ses cinquante plus belles chansons…

2 commentaires:

Le factotum a dit...

« Maintenant, Nicolas et Bart.
Vous dormez au fond de nos coeurs.
Vous étiez tout seuls dans la mort.
Mais par elle vous vaincrez ».

Le meilleur passage vers une vie nouvelle...

Bonne journée!

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Si vous le dites...

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....