samedi 30 septembre 2017

Laisser place à l’interprétation



« … C’était le seul endroit à proximité du Domaine de la Baie Gillies, où nous pouvions aller nous sustenter. Nous étions Ô Chemin Faisant, à Latulipe, ce samedi matin.
 
Toutes trois attablées, sirotant un bienvenu café, je radotai à mes compagnes, ce bizarre de rêve, fait quelques jours plus tôt. Sans entrer dans les détails, disons que je cherchais désespérément, dans une maison qui n’était pas la mienne, une valise « rose » car je partais en voyage et que les gens avec qui je voyageais (mon Grand, entre autres, il me semble…), étaient déjà arrivés pour venir me chercher. Non seulement je ne la trouvais pas, mais en ouvrant une penderie, j’y avais vu un aspirateur « rose », un autre truc ressemblant à un adoucisseur à eau « rose » et un troisième item indéfinissableégalement « rose »…
 
Un tout décousu, comme souvent les rêves organisent nos pensées… À moins que ce ne soit nos pensées qui organisent nos rêves?...

Près de notre table, se trouvait un vieux piano avec sur le dessus quelques livres dont un sur l’interprétation des rêves. Jeune Sœur Chérie alla le chercher et commença ses recherches. 

Encore là pas de détails sur l’interprétation du rêve en question (laquelle de toute façon, je ne me souviens plus). Mais voilà qu’à l’effeuillage des pages, apparaît… cette feuille séchée, abandonnée là fortuitement ou…

Il n’y a pas que dans les songes que l’on puisse se perdre… Un instant j’y ai cru. À cette feuille qui me rappelait drôlement... 

Comme j’ai la recherche facile, il me semble bien que pour-que-ce-soit-ce-que-je-pensais-que-c’était…qu’il y manque… une paire de feuilles !…  

Qu’en pensez-vous ?... »

Aucun commentaire:

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....