mercredi 25 octobre 2017

Oser satisfaire sa curiosité



… Nous avions pris notre Temps avant de quitter l’Auberge
que nous occupions en reines-et-maîtresses. Sirotant nos cafés tout en recherchant les coins les plus lumineux, on laissa les confidences se glisser subtilement à nos côtés pendant que les rayons renforçaient la chaleur des billes de bois, créant ainsi une ambiance feutrée pour matin nonchalant.
 
Mais comme toute bonne chose à une fin

Ce furent les borborygmes de nos estomacs qui initièrent le moment du départ. Indécises quant à savoir où nous petit-déjeunerions, c’est le soleil, la route et l’idée d’une douce folie, qui agirent concomitamment en un mélange explosif pour nous faire effectuer un virage-en-U en plein Sullivan. Retour à Val-d’Or pour nous rendre au « Becs Sucrés-Salés »! 

Sans regret : ce fut un excellent choix pour un pantagruélique repas dominical !

Le ventre plein, on reprit direction Vassan. Quand tout à coup j’eus l’idée d’oser. Osé offrir à JSC, un détour pour aller
explorer le ruban asphalté menant à l’île Siscoe… 

Imaginez : en cinquante-neuf ans de routes explorées en Abitibi, je n’avais aucun souvenir d’y être allée!

Ce cul-de-sac nous mena à un terrain de golf abandonné par les adeptes malgré l’été indien qui perdurait. Je me rappelai que mon père m’avait raconté, qu’à peine âgé d’une dizaine d’années, il avait emmené à peu près au même endroit, un cheval-de-rechange pour son père travaillant à l’époque, pour la mine.

Quand je pense qu’il était parti de St-Mathieu et qu’après avoir passé la nuit chez son oncle Boutin à St-Marc, il avait poursuivi sa route le lendemain… Qui ferait ces 80km moitié-à-pied-moitié-à-cheval de nos jours, pour rendre service à son père?...

Et au final, vous savez quoi? Grand-père s’organisa pour qu’il rentre en avion, avec le pilote qui transportait le courrier d’une ville à l’autre. 
Croyez-le ou non, ce fut son premier vol ! 
 
Mais vraiment pas son dernier !...»        

4 commentaires:

Sally Fée a dit...

C'est ainsi que serait née cette passion de l'aviation pour Papa-Fitzsou?

Ça vaut la peine que tu racontes cette histoire à tes rejetons, au cas où tu aurais un service à leur demander!

:-)

Zoreilles a dit...

Touchante et merveilleuse, l'histoire de ton Papa-Fizsou, je t'écouterais m'en raconter d'autres de même...

Cou'donc, l'auberge Harricana, je la croyais fermée depuis belle lurette? J'ai tant de beaux souvenirs là...

Sylvie Dénommé a dit...

Sally Fée... Cette épisode fait partie des anecdotes recueillies auprès de Papa Fitzsou alors qu'il avait encore toute sa mémoire.
J'essaierai de trouver "le moment" pour le raconter à mes enfants...

Sylvie Dénommé a dit...

Zoreilles: eh oui, l'Auberge est bel et bien toujours ouverte. Ce que je peux dire, c'est que c'est très intime quand on décide d'y passer la nuit!!!...

G comme Golden Gate à vélo?...

L’idée de prime abord m’avait plu. Et avait également plu à Tendre Neveu. Mais c’était sans compter sur mon inexpérience et ma hantise d...