dimanche 1 juillet 2018

Faire rimer tennis avec vice


J'ai débuté le tennis en mai dernier. Je vous le dis tout de suite: je joue en dilettante, le plaisir seul primant. 

J’aime le fait d'être à l'extérieur, à courir après les balles, celles que j’ai à peine pu toucher ou celles que j’ai fait rebondir bien au-delà des lignes blanches.
 
Par chance, j’ai de l'aide pour apprendre. Y’a l’Ami Mam avec ses innombrables et judicieux conseils. Y’a l'Amie Lib, qui accepte amicalement de venir pratiquer avec moi. Y’a eu aussi, dans les semaines passées, quelques bonnes âmes, également suffisamment altruistes pour permettre à la débutante que je suis, d’échanger quelques balles avec eux.

Y’a aussi Bastien, le jeune moniteur. Y’a Matis. Les deux ont une patience d’ange et ne montre aucun signe de découragement devant, ce qui me semble, de lents progrès.

Chose certaine, je ne joue pas pour gagner. Que m’importe les 0-15, 40 égalité, avantage pour ou contre (que je ne comprends pas encore tout à fait d’ailleurs). J’aime bouger, échanger, rigoler, placoter, socialiser…

Simple non?

Là où ça se complique, c’est lorsque je tente de magasiner une raquette sur le net. Hum! Cordage, poids, balance, tête, tension, manche… J’en perds mon latin! Tout ça parce que je retiens en otage, celle qu’un copain a gentiment mise à ma disposition en essai. Ça fait déjà des lustres de ça.

Même trouble pour trouver des espadrilles adéquates. Tellement que je me suis demandée si dans certains pays on ne pouvait pas jouer pieds nus… (Nenon!… J’ai lu qu’on traitait d’épais ceux qui posaient la question… Donc espadrilles obligatoires!)

Pour l’instant, je me débrouille quand même bien avec ce que j’ai. Et puis honnêtement, en attendant d’être aussi enrubannée et d’avoir remporté autant de médailles que mon Énergique Filleule ne l'a fait en gymnastique, et bien… rien ne presse!  

Je poursuivrai l’immersion dans le vice du tennis en pratiquant, pour l'instant, avec mon sommaire équipement!!! 

Addenda : L’une des définitions du mot « vice » selon le Petit Robert : « habitude morbide qui donne du plaisir ».
L’une des définitions du mot « morbide », toujours selon le Petit Robert : « … anormal, causé par un dérèglement psychique… » 

Bon, il faut ce qui faut! 😉

2 commentaires:

Le factotum a dit...

Wow!!!!!!
Tout un tableau qu'elle a ta filleule.
Un exemple pour nous à suivre.

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Effectivement, elle est bien inspirante cette cocotte! Attendez de lire la concoction d'activités qu'elle nous réservait à Laval... ;-)

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....