vendredi 27 juillet 2018

Après le rose, le blues : fracture d’ego!


J’en souffre de Temps en Temps. Sans mot dire, ça m’envahit. Subrepticement. Souvent secondaire à un bref survol des actualités sur FB. Ben oui! Je le fais, quand je n’ai vraiment rien d’autre à faire (ça m’arrive!) et que j’ai peur...
 
Peur de manquer quelque chose. Un spectacle, une bonne idée, un nouveau-né ou une dernière envolée. Une tonne de « au-cas-où » qui vient parfois embrumer mon quotidien, même si je ne suis pas une fervente adepte. Fait évident : si je déroule plus que les premières publications, le blues me tombe dessus. Comme si le feeling qui reste, c’est que je suis seule au monde à avoir une p’tite Vie platonique. J’exagère à peine.

C’est pourquoi, par périodes, je décroche. Je m’éloigne de ces mots préfab. J’espace les attentes. Je me contente de ce que la Vie a réellement à m’offrir. De ce que mes Amis ont réellement à m’offrir…

Si Guylaine Tremblay a pris la peine d’en faire un sujet pour son « Banc public »… je ne dois pas être la seule à souffrir des affres des notifications… Drôle d’adon, FB faisait la une hier parce qu’il avait perdu des plumes… à la bourse! J’oserais ajouter : « Tant pis! »

J’avoue : j’y fais parfois de belles découvertes que je partage sans savoir qui verra. Qui lira. Parce qu’en ce qui me concerne, plus souvent qu’autrement, je ne prends pas la peine d’aller voir, ce qui se passe dans la Vie des autres. Dans vos Vies. Je suis aussi plate que ça… 

Pour contrer ce mal, je me fais des réserves d’antidotes. Comme celui-ci, reçu il y a quelques jours et que je vous partage avec la permission de l’auteur* : 

« Fritzsou (sic). Short and sweet sont bien peu de mots pour qualifier ton écriture. Voici plus en détail. Ce que j’aime plus que tout, c’est ton cœur que dévoilent tes mots, avec un soupçon de mystère, un brin d’humour dans une atmosphère d’appréciation et d’estime des moments présents, des petites choses de la vie et de ta complicité avec les gens qui t’entourent, sans oublier une belle imagination. Voilà de quoi charmer tout lecteur, en tout cas celui que je suis. »

Ces mots, ce jour-là, ont fait ma journée! J’ai décidé d’en faire une potion anti blues, pour les jours-de-rien. Quant à savoir quel en sera la durée d’action… Ça, ça restera à voir!...

Conclusion (et lien 😉…): Ben pour dire comment…

« Pour voir la Vie en rose, je n’ai pas besoin de grand-chose, tout simplement que je suppose, que tu viens ici pour me voir… »** 

*Gaston A. Lacroix, chroniqueur assidu dans L’Indice Bohémien

3 commentaires:

Violonsyl a dit...

Chère Fitzsou, ton texte me touche, et me remet devant les yeux, mon rapport à FB. Je passe un bel été, rempli d’expériences nouvelles et différentes. Je me débats en me demandant... est-ce que je mets quelques choses sur FB ? Qui cela peut bien intéresser de savoir que ma plus jeune a gradué, que j’ai fait la cycloroute de Bellechasse avec une amie, que je reviens de 5 jours de canot-Camping dans la réserve faunique La Vérendrye... pourquoi est-ce que je le ferais ? Pourquoi est-ce que je ne le ferais pas ? Pourquoi publier sur FB ? Qu’est-ce que cela me donne ? Égocentrisme ? Montrer mon bonheur à tous ceux qui s’en préoccupent ? Je ne sais pas... tu verras bien qu’elle aura été ma décision dans quelques jours !!! Merci d’écrire Fitzsou, de partager tes états d’âme.

Violonsyl a dit...

Fritzsou.... désolée, je massacre ton nom !!!

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

NENONNNNN... Violonsyl, tu l'as très bien écrit! C'est FiTZSou... pas de R... Je t'explique... au Cegep, j'ai joué le rôle d'un noir dans une pièce. M. Fritz... Comme je devais oublier les R, ça sonnait M. Fitz...
À cette époque j'écrivais des poèmes... en ajoutant un "sou", je trouvais que ça faisait "cute"... C'est donc de là que vient mon nom de plume... ;-)

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....