vendredi 19 janvier 2018

Je poursuis…



Tout d’abord, vous me voyez désolé pour l’arrêt subit de publication. N’allez pas croire que je ne prends pas mon rôle de rédacteur-en-ours au sérieux. Si vous aviez accès aux gribouillis que je dois débroussailler; vous aussi, en perdriez votre marsouin… euh… votre latin! Pour tout avouer, ce travail me donne bien des poils noirs!
 
J’ai pris quelques jours pour rassembler mon courage et les notes éparses. Avec le guide de voyage je crois pouvoir poursuivre le récit pour en finir une fois pour toutes avec cette Nouvelle-Zélande (parce qu’après elle, y’aura l’Australie…)

Aujourd’hui je pousse donc un peu et je vous résume quelques journées d’une traite. 

Ainsi… C’est le 17 décembre que les membres de ma Famille-d’adoption ont trouvé refuge dans un hostel* de Wellington d’où ils embarqueraient le lendemain, sur le traversier reliant l’Île du Nord à l’Île du Sud, traversée qui dura semble-t-il, 3h30. De quoi renouer avec les doux balancements de la mer!


Touchant terre à Picton, ils louèrent une nouvelle voiture pour se rendre à Blenheim où ils prirent le Temps de flâner, de se sustenter et d’effectuer quelques achats. Leur prochaine destination était le Abel Tasman National Park, là où les attendaient d’autres randonnées. 

Campés à Marahau, ils décidèrent tôt matin, de partir chacun de leur côté: le plus Grand opta pour un sentier de 38km, la Belle pour un 22 et la plus lente, ma Maîtresse, pour un 12km. 

Elle partit donc seule, se laissant déposer à Anchorage pour revenir tranquillement, tantôt flânant sur les plages, tantôt s’arrêtant pour immortaliser les sentiers ou encore saluant les randonneurs au hasard. 


« Je distribuais à gauche et à droite, au fil des courbes, des montées et des descentes, des « Hello! Hi! Hey! Allo! » saupoudrés de sourires recevant souvent la pareille en retour, mais parfois aussi, qu’une brève part d’indifférence toute humaine… ».
 
Le 20 décembre, alors qu’ils sont à ramasser les tentes, deux jeunes québécois viennent jaser avec eux. Ils parcourent le pays à vélo depuis déjà deux mois. Je suis certain que face à tant de détermination et d’ambition, ça littéralement jeté ma Maîtresse par terre !!!

Ce jour-là, ils mirent quatre heures à rouler
vers Punakaiki, situé au sud-ouest de la Mer de Tasman afin de profiter de la beauté des Pancake Rocks.

Apparemment, la route fut des plus sinueuses, claquemurée entre montagnes et mer agitée, traversant ici et là, quelques petites villes. C’est qu’elle fit une longue promenade sur la plage et
de drôles de découvertes rocheuses.

Le lendemain, jour du solstice d’été sous le tropique du capricorne, après une randonnée d’un peu moins de 15km dans le Paparoa National Park, ils aboutirent sur un petit chemin où en
plein milieu, des chevaux s’ébrouaient dans un semblant de liberté. Apparemment, un moment magique.

Puis si je piste bien leur itinéraire, ils poursuivirent vers Greymouth, la plus grande ville de la côte ouest de l’Île du Sud. Mais ce n’est pas dans celle-ci qu’ils s’arrêtèrent, mais bien à Fox Village, sous la pluie et la brume,
car l’attrait du Fox Glacier fut le plus fort…

Mais ça, je vous le raconterai demain. 

Du moins, espérez-le! ...

Wilson



 *auberge de jeunesse

Aucun commentaire:

Lien entre insomnie et Leclerc

L’épisode ne date pas d’hier. Plutôt, d’avant-hier. La chaleur m’écrasait et me maintenait captive, collée aux draps froissés. Les voila...