lundi 22 janvier 2018

Et si je lui laissais le champ libre?...



Ça vous donnerait une bonne idée de …
 
« Mardi, 26 décembre – Aéroport de Queenstown. Ça y est. Je quitte l’île du Sud pour me poser quelques heures à Auckland avant de poursuivre mon voyage vers Sydney, Australie. Tant qu’à être à l’autre bout du monde

Au terminal d’Auckland, je colle une famille Texane qui m’adopte instantanément. Je me laisse guider. À mon arrivée à Sydney, c’est un couple de Lyonnais qui me vante la ville. Les gens sont sympas, douaniers inclus (l’un d’eux venait de Niagara Falls; il s’est adressé à moi en français!). Le monde est vraiment petit!

23h - Sydney – Me voilà installée à l’hostel. C’est vraiment bien. Je loge dans un dortoir de 6 lits, et non de 8. Mes co-locs sont gentilles. Il y a entre autres, la grande Liz-de-je-ne-sais-où, puis une Allemande-dont-j’oublie-le-prénom, et Candice-de-la-Saskatchewan. C’est fou ce que les Jeunes voyagent!

Mercredi, 27 décembre – J’ai passé une bonne partie de la journée à me promener en bus : un tour du côté de Bondi Beach et deux (oui, oui, deux! ...) dans Central Sydney. Tout ça pour le même prix! Remarquez, je pourrais bien être encore assise le nez au soleil et le vent dans les cheveux si je ne m’étais raisonnée et décidée à descendre.

Jeudi, 28 décembre – J’ai embarqué dans un Walking tour, du Town Hall à
Circular Quay avec un arrêt en solo au Susanna Museum. Journée très instructive sur l’histoire de Sydney que je ne vous raconterai pas, puisqu’en quelques clics seulement, Google répondra à toutes vos questions.

Fin pm - Je sirote une bière, à une terrasse de Georges St. Au point où j’en suis, ça m’a tout l’air que c’est ça que ça goûte le bonheur… Alors je me
mets à fabuler…

« Tous les soirs de la semaine, il se tenait à cette table pour deux. Je présumais. À ses côtés, sirotant un verre de rouge, une Dame plus très jeune, tentait désespérément d’imiter son jeu d’esseulé. Deux êtres, deux Vies, qui, pour un trop court instant, se liaient d’une étrange ressemblance. Hasard de Vie.

La Femme aurait aimé oser. Point ne fit. Sauf lorsque l’homme ramassant son livre et portant son verre une dernière fois à ce jeudi, se leva. Alors, elle lui sourit. D’un imperceptible signe de tête, il lui répondit. Le contact fut bref. L’homme déposa doucement sa solitude au fond de son sac à dos. Avec un regard en coin, il sortit, laissant sa cravate battre la mesure de ses pas. Ses courts cheveux blancs, astucieusement peignés, se soulevaient à peine sous la brise. Sa journée se
terminait. Sa soirée débutait… 

Georges Street avala l’homme d’une seule bouchée et le digéra, élément parmi tant d’autres, en une fraction de seconde. Sa Vie se fondit dans celle des Autres. Incognito. Il devint un point sans exclamation dans l’infini vague d’âmes, déambulant sur les pavés tristes. Pas après pas, il noua son existence à Ceux qui, yeux bridés, tenaient galamment Beautés à leur bras. Par dizaine, par centaine. Troublant ratio.

Pendant ce Temps, le jour en profita pour s’étendre langoureusement. Innocemment. À l’aveuglette et sans regret. Sur Pitt St, le flot incessant de voitures nuançaient les traversées aléatoires des piétons. Piétonnes. Ceux. Celles qui allaient et venaient, de ou vers la gare centrale juste à côté.

Étrange valse à quatre Temps. Vrombissements. Déplacements de chevelures blondes à la peau tatouée. Sacs à dos ambulants. Curieux mélange de valises à roulettes, piercings, cheveux noirs. Cafard… 

Si d’autres jours de Vie avaient pu être ajoutés à cette tranche, je gagerais qu’ils auraient fini par partager leur vin et leur solitude…»

… Voilà ce que fut mon calvaire de transcripteur. Me comprenez-vous maintenant?...     

 Wilson (et Fitzsou)

4 commentaires:

Le factotum a dit...

Bravo madame Fitzsou d'avoir aider un peu votre transcripteur officiel.
Beau récit de voyage.

Sylvie Dénommé a dit...

Merci M. Le Factotum! Vous êtes gentils! Je crois que Will en avait un peu marre d'avoir à gruger mes pensées...
Il me reste quelques anecdotes à raconter. Demain (ou après-demain... allez savoir!...), je reprendrai le clavier pour finir de raconter ce que fut la Nouvelle-Zélande et l'Australie...

François Sobieraj a dit...

Un petit clin d’œil à la grande voyageuse : https://s-obeit-et-r-agit.blogspot.fr/2017/07/greetings-from-australia.html
Avec mes souvenirs fidèles.
Sincèrement vôtre

Sylvie Dénommé a dit...

Quelle belle surprise que la vôtre, M. Sobieraj! Il y a bien longtemps dites-donc! Je suis allée lire vos pages. Dites-donc, vous êtes encore très actif!
J'espère que l'on se retrouvera de Temps en Temps.
Vos mots font de ce mercredi, un grand moment de bonheur (en plus vous revenez le jour des 29 ans de ma Douceur ma Belle!)!
Soyez assurés que je garde de vous, un très bon souvenir.
Amitiés sincères
Fitzsou xoxoxo

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....