dimanche 14 janvier 2018

La leçon de l’oiseau



Quel beau soleil aujourd'hui! Ça réchauffe le cœur! Ma Maîtresse végète après avoir été visiter Papa Fitzsou qui s’est apparemment, miraculeusement sauvé de l’éclosion d’influenza ayant sévi sur son étage ces deux dernières semaines. 
 
Paraît que l’application du protocole sera levée cet après-midi avec le rétablissement du dernier cas recensé. Je n’y connais pas grand-chose, mais ça semble une très bonne nouvelle!

Maintenant, si je poursuivais le récit de ce voyage en Nouvelle-Zélande? Voici ce qui est inscrit dans le petit carnet-beige-de-Porto, en date du 16 décembre :

« Salle à manger du camping du Discovery lodge – Un oiseau voletait dans l’enceinte vitrée où étaient alignées les tables de pique-nique. L’idée de lui rendre sa liberté nous effleura. On l’observa un bon moment, sauter d’une table à l’autre, becquetant les mies de pain abandonnées. Était-il simplement venu prendre son petit-déjeuner? 

Tout à coup, il longea le rebord vitré et d’un coup d’aile se retrouva dehors. Il connaissait la minuscule ouverture lui donnant accès au monde extérieur. Morale : ne jamais supposer possèder l’unique solution à ce qui peut nous sembler problématique. 

Aujourd’hui nous sommes installés à River Valley, une chouette place. Après avoir traversé la petite rivière en trolley suspendu, faite une courte escalade à flanc de montagne et s’être amusés à saute-mouton de roche en roche, mon Grand nous a donné le cours traverse-à-pied-d’une-rivière-à-fort-courant-101. On a vite compris le principe d’utilisation du bâton de pèlerin! 

La pluie s’est annoncée un peu avant souper, mais nous avions décidé de profiter du BBQ organisé ce soir-là. Nous nous sommes régalés comme des rois!... »

Bon je vous l’accorde : facile de faire le récit d’un voyage quand on ne fait que recopier mot pour mot les écrits. 

Toujours bien, ça vous fait quelque chose à vous mettre sous la patte en attendant que…

Wilson 

8 commentaires:

Le factotum a dit...

« Toujours bien, ça vous fait quelque chose à vous mettre sous LA PATTE en attendant que… »

Hey Wilson,

Quand même un peu de respect pour nous humains.
Bon récit.

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Ici Wilson M. Le Factotum... Désolé de ne pas avoir transposé ma parole en "humain"...
Je trouvais ça mieux que "ça vous fait une belle jambe"... ;-)
Badminton au Christ-Roi si ça vous tente ce soir (que j'entends ma Maîtresse penser...)

JEAN a dit...

Que dire après cette morale de la leçon de l'oiseau.... un phrase philosophique qui appuie ta morale...«Lorsque je me construis un monde fait de suppositions j’ai tendance à penser que ce sont des vérités et je réagit en fonction de mes croyances !»

Zoreilles a dit...

T'en fais pas Wilson, on adore ça quand tu cites mot pour mot cette chère Fitzsou. On la reconnaît tellement dans tes propos, ça paraît que vous vivez ensemble depuis de nombreuses années, vous vous influencez l'un et l'autre d'une façon qui vous rend tous les deux irrésistibles à lire!

Sylvie Dénommé a dit...

Hey Jean! Tu parles d'une belle phrase philosophique! D'autant plus vraie! J'adore!
Merci pour ton commentaire!
;-)

Sylvie Dénommé a dit...

Zoreilles... merci pour ton commentaire. Je dois t'avouer que j'ai plus de difficultés à soutenir le rythme quotidien que ne le faisait ma Maîtresse par exemple.
Je vais me reprendre d'ici la fin de la semaine, au moins pour terminer ce récit. Ma Maîtresse est bien occupée malgré sa Vie-du-Temps-Retrouvé.
Bizarre vous autres les Humains!...

Wilson

Le factotum a dit...

"Bizarre vous autres les Humains!..."

Wohhhhh! minute le pitou.
Nous les humains, on occupe chacune de nos minutes au plaisir de la vie.
Sans rancune, occupe-toi bien de ta maitresse.

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Ben oui M.Le Factotum! Vous êtes "tous" bizarres!
Nous les "ursus maritimus" passons chacune de nos minutes à la recherche de quelque chose (ou quelqu'un...) à se mettre sous la dent.

Notre Vie, c'est la survie.

Promis, je vais bien m'occuper de Fitzsou!

Wilson

Lettre dans l’au-delà

« Chers Parents,   … Ce sera la première et la dernière fois que je m’adresserai ainsi à vous deux. La raison est bien spéciale : ...