samedi 13 janvier 2018

Dans le même ordre d’idée…



J’ai pris le Temps encore aujourd’hui, de poursuivre la lecture du récit de voyage néo-zélandais de ma Maîtresse malgré le fait que son Grand, enfin, soit lui aussi rentré au pays.
 
De jase en jase, ils ont bouclé-la-boucle de ce que fut pour chacun, cette magnifique épopée. J’entendais mon Grand-Frère-d’adoption raconter son séjour sur cette île-à-l’est-de-l’île-du-nord, en compagnie de gens avec lesquels il se lia immédiatement d’amitié. Comment il avait surfé parmi les requins, refait des randonnées, passé de bons moments en excellente compagnie. Chanceux va!

Je les ai laissés se placoter ça pour me remettre dans les péripéties du voyage. J’ai cherché des photos représentant les grottes de Waitomo dont la Glowworm Cave, cet endroit où brillent apparemment des milliards de vers luisants, suspendus au plafond par une quelconque ingéniosité de la nature. J’ai fait une recherche, et comme des images valent mille mots

Parce que ma Maîtresse en glissait un mot dans son carnet. Sans photo. Tout comme d’ailleurs, elle mentionne brièvement l’histoire d’un René, un Suisse récemment retraité qui était à parcourir, du nord au sud, la Nouvelle-Zélande par le sentier Te Araroa. Une expédition de 5 mois, en parfaite autonomie. Wow! Certain qu’elle a dû être impressionnée et inspirée par cet homme, apparemment ancien travailleur de la Croix-Rouge.

Mais honnêtement, si je me fie à ses écrits, ce qui semble avoir été pour elle, la randonnée ultime, ça serait celle de la Tongariro Alpine Crossing. Je vous rapporte textuellement :

« 3h56 - J’avais demandé à mon cerveau de m’éveiller à 4h : good job Brain! Il fait nuit noire, le ciel est barricadé sous la brillance stellaire. Je prends le Temps d’admirer, même si ce dernier est compté.

Déjeuner rapide mais soutenant, café et hop : 5h10 - nous sommes dans le mini bus qui nous amènera au départ du Tongariro Alpine Crossing. Un 19.4km que l’on devrait parcourir en 7 à 8 heures. Selon Lonely Planet. Est-ce que la réalité sera tout autre?...

Fin de journée, vendredi 15 décembre – J’en ai eu pour six heures, d’efforts soutenus-et-difficiles-en-tabarouette. La montée, un
765m, m’a donné du fil à retordre. Mon cardio n’était pas au point et malgré la beauté époustouflante du paysage au moment du lunch, la descente de 1126m fut ardue pour les articulations des genoux et de la hanche « conflictuelle »… Maudite usure! Maudite soixant

Comme nous sommes revenus tôt au campement,
on prend ça mollo en après-midi. Douches, lessive et une réservation au resto de la place pour souper. Une grosse gâterie après cet effort titanesque (enfin… en ce qui me concerne du moins…). 
 
Nous resterons une autre nuit au Discovery lodge où trônent fièrement les deux tentes qui abritent nos nuits... »



Ciel! Je ne sais pas pour vous, mais connaissant ma Maîtresse, on la sortait de sa zone de confort cent milles à l’heure-là! Si je ne la voyais pas de mes propres yeux, je pourrais penser qu’elle y a laissé une partie de sa peau. 

Mais je vous rassure : elle est bel et bien de retour, en chair et en os !!!...

Wilson

4 commentaires:

Ginette Jubinville a dit...

Les grottes Glowworm sont des vraies tableaux à découvrir.

Zoreilles a dit...

Ces images sont à couper le souffle... mais elles racontent si bien ce voyage au bout d'elle-même qu'elle a fait, en compagnie de ceux qu'elle aime le plus au monde, ses deux enfants.

C'est passionnant et touchant à la fois, je comprends donc qu'elle te laisse la parole comme narrateur, cette chère Fitzsou. Fais lui un bisou de ma part, tu veux bien?

Sylvie Dénommé a dit...

Tu as bien raison Ginette! Y es-tu déjà allée? Vraiment comme une voûte étoilée!

Sylvie Dénommé a dit...

Allo Zoreilles! Content de te jaser ça pour une première fois! Je me sens privilégié que ma Maîtresse me laisse toute la place mais je crois qu'elle se sent de son côté privilégiée d'avoir fait ce voyage avec ma fratrie d'adoption.
Je l'embrasse de ta part, parole d'ours polaire!

Wilson

Lettre dans l’au-delà

« Chers Parents,   … Ce sera la première et la dernière fois que je m’adresserai ainsi à vous deux. La raison est bien spéciale : ...