dimanche 22 avril 2018

Jour de rien


Un vague sentiment de liberté, de quiétude, de silence bienheureux, de lenteur, de gratitude, inonde déjà la chambre à coucher. Le soleil nimbe d’or les voilages opaques.
 
Je rêve déjà d’un troisième latté. D’une assiette à-œuf-poché-flottant-sur-un-morceau-de-pain-maison, en-rougeoyée de tomates cerises. J’ai faim.

L’une de ces journées où le Petit Agenda ne présente rien de plus que deux mots, distancés de plusieurs heures. Pur bonheur.

-     Prendre des nouvelles de Papa Fitzsou, toujours aux prises avec une autre fichue invasion de microbes indésirables. J’y pense : y en a-t-il seulement des désirables ???...

-     Profiter du soleil et de la douceur de ce Jour de la Terre, déposant sur le patio pour une première, le support de bois nappé de vêtements-à-séchage-rapide. Comme seul le printemps peut stimuler à le faire.

-     Profiter aussi du soleil, pour flâner longuement dans les rues de la ville en compagnie de l’Amie Lil. Disperser aux quatre vents, jasettes à peine entrecoupées de silences bienfaisants. Légèreté… 

Au retour, encore, rêver, songer, visualiser, ressasser. Inspire, expire les souvenirs, le nez au soleil. Chaleur du bien-être. La Vie dans la chambre d’à côté. Le va-et-vient. Les bruits de circulation. 

La Vie… Juste la Vie…

6 commentaires:

François Sobieraj a dit...

La vie et la sagesse...
J'aime l'art et la manière avec lesquels vous décrivez si bien les états d'âme du quotidien...

Zoreilles a dit...

Que c'est beau de « t'entendre » parler de la légèreté et la vivre au point de nous la faire partager...

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

M. François, simplement "merci". J'apprécie ces croisements de Vie écrits...

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Merci Zoreilles, c'est gentil. C'est le soleil je crois... ;-)

Le factotum a dit...

Les journées ensoleillées des derniers jours vous émoustillent à souhait.

Sylvie Dénommé a dit...

... et commencent à ombrer d'indécision, les présences en gymnase...
Quoi que pensée non applicable pour les soirées bien sûr, M. Le Factotum!...

Lien entre insomnie et Leclerc

L’épisode ne date pas d’hier. Plutôt, d’avant-hier. La chaleur m’écrasait et me maintenait captive, collée aux draps froissés. Les voila...