mercredi 11 janvier 2017

Mémoire indolente



« … Janvier, mois de sensibilisation à la maladie d’Alzheimer. Celle que je crains. Celle à laquelle je ne peux m’empêcher d’attribuer les nombreux oublis de toutes sortes ponctuant mon quotidien. Heures, semaines, mois…
 
Déficit d’attention,  ménopause, manque de concentration… Allez savoir! J’ai peur quand même… 


Pas à l’extrême. Juste quand je patauge dans un trop plein d’analyse existentielle, de symptômes, de gêne. Oui de gêne! Quand je fais répéter ce que l’on vient à peine de me dire… Quand je dois relire trois fois ce que je viens à peine de regarder… 


Quand je dois passer deux heures afin de parvenir à ordonner suffisamment mes idées pour écrire un tout petit texte d’une page…


Je me dis que j’ai de Qui tenir. Que je le veuille ou non. Même si je ne cesse de me répéter en sourdine, ce qu’en dit mon bon médecin Sya : « … aucun contrôle sur la maladie… »
 

… À part celui de continuer à vivre sainement. À bouger quotidiennement. À entretenir mon cerveau en constante ébullition, que ce soit par l’écriture, la lecture, les sudokus, les conversations un peu songées entre Amis… 


Et n’allez pas me dire que « parce que j’en parle, je la développerai… » Foutaise! On n’attrape pas la grippe parce qu’on dit qu’on va l’avoir! Je ne la provoque pas. Au contraire. J’essaie juste de combattre avec les armes à ma disposition...


Pour le reste, le Temps seul, aura le dernier mot…»

« Aide-mémoire », Amos, janvier 2017

4 commentaires:

Zoreilles a dit...

Je comprends très bien ces pensées et ces craintes qui t'habitent parfois. Bien sûr, tu mets toutes les chances de ton côté, tu as de saines habitudes de vie, tu fais ce qu'il faut, tu te raisonnes mais à force de côtoyer des personnes atteintes, on est plus que sensibilisés...

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Tu as tout compris Zoreilles... Encore cet après-midi, je regardais les gens qui assistaient à la messe. Certains répondent encore par automatisme aux prières. D'autres ne sont carrément pas là...
Parfois c'est bien difficile d'assister, impuissante, à ces pertes d'autonomie...

Zoreilles a dit...

Je sais... Je m'en souviens... Je n'oublierai jamais et c'est pourquoi nous avons ces craintes chevillées à l'esprit et au cœur certains jours...

Sally Fée a dit...

Bon, là, je dois m'en mêler... Si tu posais la question autour de toi, tu constaterais sans doute que personne n'a la capacité de tout retenir. Le cerveau n'est pas conçu ainsi; il y a tant à assimiler au quotidien, qu'il doit se contenter d'enregistrer ce qui est important (ou qui sort de l'ordinaire). Si ça peut te rassurer, je ne retiens JAMAIS le prénom d'une personne qu'on vient de me présenter; je ne me souviens JAMAIS du temps qu'il a fait il y a 2-3 jours et encore moins de ce que j'ai bien pu manger hier pour dîner. Lorsque mon patron-préféré (pour ne pas le nommer, Jacques Noël) m'informait de ses différents déplacements, je devais demander à mes consoeurs Lina et Diane de tout me répéter car je n'avais rien retenu. Pour ma part, j'ai besoin de 4 heures pour rédiger 1 page d'un texte qui se tient et il m'a fallu au moins 1 heure pour trouver des légendes aux photos de "La belle et des bêtes". Lorsque tu racontes tes voyages ou tes activités, tu arrives à te souvenir du déroulement de chaque jour (où tu étais, qui tu as rencontré...); je serais incapable de faire le récit de ma dernière semaine. La peur peut causer de grands stress, alors, relaxe mon Ange; tu n'es pas un ordinateur. xxx

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....