dimanche 2 juin 2013

D’un bord à l’autre…



Parfois mon besoin d’être « embullé » est plus grand que celui de sociabiliser… Souvent lorsque je voyage dans le Nord, ce besoin se mitige. Certains matins il s’affirme, certains soirs il fait relâche. Comme les voyages nous amènent à loger presque tous à la même adresse, ça facilite l’un et/ou  l’autre. C’est selon… La Fédération des Coopératives du Nord du Québec, met à notre disposition ce que nous appelons ici les Co-op Hotel*. Genre d’immenses résidences « étudiantes » où l’on se partage la cuisine et le salon et qui varient en forme et en grandeur d’une communauté à l’autre. Ces derniers jours, j’étais à Puvirnituq, village de plus de mille six cent quatre-vingt-douze** âmes, sur la Côte d’Hudson. La place était extrêmement occupée, en partie à cause d’un vol ayant été annulé la veille pour raisons de bris mécaniques. Comme je pourrais écrire : « Y’avait du monde à messe! » Mais bon, on finit par se nettoyer un coin de table, un coin de comptoir et de cuisinière et on fait nos frais… Mes besoins, peu importe ce qu’ils étaient, en eurent pour leur argent…
 
Cependant, 48 heures plus tard

Vendredi matin : j’attendais sagement à l’aérogare quand un jeune homme s’approcha de moi. « Vous allez à Kuujjuaq? » me demande-t-il dans un français impeccable. « Oui… » lui répondis-je hésitante. Habituellement quand on se fait poser cette question, on nous charge de livrer un colis… dont on a avantage à savoir ce qu’il contient!

Quelle ne fut pas ma surprise quand il poursuivit : « Pourriez-vous accompagner ma fille? » Je tourne le visage dans la direction où ses yeux même se posent. J’aperçois la petite bonne femme qui vient tout juste de créer tout un émoi en déclenchant l’alarme à incendie… 

- « Euh… c’est elle là-bas? » 

- « Hum, hum »…

Je vois… Trois ans, une vraie petite tornade. 

- « Et elle n’aura pas peur d’être avec moi? Et c’est sûr que sa Grand-Mère sera à l’aérogare pour l’attendre? » 

- « Hum, hum »…

C’est ainsi que je m’occupai-d’occuper ma nouvelle Mini-Amie pendant le vol qui dura environ une heure vingt minutes. Elle fut bien sage, si ce n’est qu’à un moment elle se dirigea énergiquement vers la porte à bascule située à l’arrière de l’appareil Beech King Air… 

Mon cœur a manqué un coup… « Sit down and be calm ok? » que je lui ai dit dans un anglais presque parfait... (elle ne comprenait que l’Inuktitut!!!)…

Bof… l’important ça reste finalement: « Bon week-end à toi Mini-Amie E!... »

nda Mini-Amie E était au cinéma vendredi soir venue visionner « The Croods » que j’avais eu la chance de voir en 3-D, quelques semaines plus tôt dans les Laurentides, avec une Bonne Fée…
 

4 commentaires:

Jeannot a dit...

Salut Fitzsou...

Ah! les anges ça se rend toujours utile...

Bye et donne de tes nouvelles...

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Salut Jeannot! Je veux bien donner de mes nouvelles... Dois-je comprendre que mon quotidien sur ce blogue n'est pas encore suffisant????
Les Anges font bien des choses mais ils ne peuvent rejoindre que par la pensée, les Madelinots retournés vivre sur leur île...
;-)

Zoreilles a dit...

Dans les communautés nordiques que tu côtoies, il y a beaucoup d'entraide... Est-ce qu'on t'aurait confié pareille « mission » à l'aéroport Trudeau? Tu serais passée à côté de la petite tornade qui est devenue ta mini Amie, le temps d'un vol!!!

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Zoreilles, de l'entraide et des demandes insolites que nous n'entendrions pas effectivement dans les grands aéroports. Même en Abitibi, tu vois ça d'ici toi, quelqu'un s'amène tenant son enfant par la main et te demandant:"M'dame, vous allez à MOntréal? Accompagneriez-vous mon enfant? Sa grand-mère va l'attendre..."
Oupelye que je me risquerais pas!

Lien entre insomnie et Leclerc

L’épisode ne date pas d’hier. Plutôt, d’avant-hier. La chaleur m’écrasait et me maintenait captive, collée aux draps froissés. Les voila...