jeudi 1 juin 2017

Le bon et le moins bon



« … Bon… Fallait bien que j’y aille à mon tour. Mes sœurs, Tendre Neveu et Énergique Filleule (et plein d’autres dont ma Chum Gaa de Rouyn), avaient aimé autant que les critiques. Paraît que les rires étaient au rendez-vous. J’étais curieuse de voir si je les croiserais.
 
Le visionnement, que je reportais depuis la semaine dernière, était prévu en ce mardi soir. Avec ma fidèle Amie cinéphile Lil, et sans prendre de chance vu la température vagabonde depuis le matin, nous avons laissé nos espadrilles de côté pour nous laisser envelopper un court cinq minutes, par l’odeur de cuir neuf de son véhicule.


Hummm… J’adore…


Maintenant le film. Ce ne fut pas une si grande surprise pour moi de constater… que ma réaction s’inversait proportionnellement à celles préalablement entendues. Je m’explique.


J’ai trouvé le film bien fait. Enlevant, avec beaucoup d’action et comme mentionné dans certains articles, empreint à certains moments d’une tendre émotion. Heureux mélange de blasphèmes à la québécoise, pas en surcharge, bien dosé pour mes chastes oreilles, habituellement si réfractaires à ce genre de langage. 


Amusant également de constater le sous-titrage en français d’un film québécois! J’ai eu quelques éclats... De rires. Ici et là, mais pas autant que je ne l’aurais imaginés. Une subite sensation d’overflow sous mes paupières quand… quand… et bien… je crois que c’est vers la fin ???... Voyons… j’ai un blanc !… Ce dont je me rappelle : je n’ai pas eu à sortir les papiers mouchoirs!


Bien contente de faire maintenant partie de la populace ayant propulsé cette création au top du box-office local, record détenu jusque-là par « De père en flic » en 2009*.


Bien hâte de voir jusqu’où se rendra à son tour, De père en flic 2 »

2 commentaires:

Zoreilles a dit...

Même pas vu ça encore, je suis toujours contente d'avoir tes impressions! Merci pour la chronique cinéma!

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Hâte d'entendre les tiennes Zoreilles! ;-)

Lien entre insomnie et Leclerc

L’épisode ne date pas d’hier. Plutôt, d’avant-hier. La chaleur m’écrasait et me maintenait captive, collée aux draps froissés. Les voila...