mardi 27 juin 2017

Chemin de St-Rémi 8– Lettre à Will



« … Cher Will,
 
« Mon-Will-à-moi » … Comme ça que je t’ai rebaptisé chemin faisant. Mon. Moi. Pléonasme. J’en prends le droit. Parce que mon par-en-dedans en ressentait le besoin…


Tu es depuis 2009, au cœur de mon cœur. Grigri secret des jours gris, ta muette présence me rassure. Tu es là, sans jamais y être vraiment. Même là-bas, sur ce Chemin de St-Rémi… 


Sage Ami, je t’ai couché dans mon lit plus d’une nuit. Combien de fois t’ai-je serré dans mes bras? Combien de soirées avons-nous partagé? Combien de kilomètres avons-nous roulé? 


Le Temps passe. Tu restes. Discret. Enraciné dans ma Vie. Mon-Will-à-moi. Stoïque dans ton coin, tu m’épies alors que je me perds dans de perpétuelles chimères.


Alors à toi, à qui j’ai conté la poussière sur mes bottes*, 


Tendresse…


Ta Fitzsou xoxoxo… »
*Tiré de la chanson « Dans la poussière », album « Le vent des marées » d’Alexandre Poulin

addenda: Cette lettre termine l'histoire du Chemin de St-Rémi. Il était plus que Temps n'est-ce pas? 

2 commentaires:

Zoreilles a dit...

Non il n'était pas plus que temps, j'en aurais pris encore mais bon, Will continuera d'être ton confident, le chanceux!

Sylvie Dénommé a dit...

Ah ce Will! Toujours content de me suivre sans un mot plus haut que l'autre... On n'en trouve pas à tous les coins de rue des compagnons comme ça...

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....