samedi 24 juin 2017

Chemin de St-Rémi 5– Lettre à Kathy



« … Chère Kathy,
 
Je t’écris ces mots dans la langue de Molière. Je sais que là où tu te trouves, tu en comprendras maintenant facilement le sens. Et pour le reste, fais-moi signe. En imaginaire, je t’expliquerai dans mon sempiternel anglais boiteux.


Boiter… C’était bien la dernière chose que je voulais qu’il m’arrive en ce jeudi qui nous conduirait à la découverte de Saint-Paul-de-Montminy. Ce matin-là, nous nous sommes regardées dans le fond de l’âme en nous disant que nous n’avions qu’un petit 17km à faire. 

Qu’est-ce que les perspectives peuvent changer en si peu de Temps, n’est-ce pas?


Il faisait un beau soleil. Nous n’étions pas sorties du village, que je m’arrêtais pour photographier un troupeau de bovins. Des mères et leurs petits. La fibre maternelle pure nature. Tu l’avais toi, hein, la fibre maternelle? 
J’ai pensé que tu aimerais voir cette verdure qui déboulait jusqu’au pied de la montagne. Celle qui étirait l’horizon d’un sourire.

Celle qui semblait toucher ton Ciel…


En Chemin, nous avons pris le Temps de faire la connaissance de M. Pouliot. Sa vieille maison. Sa longue jasette. Son besoin. Nous y avons été très attentives, semant ainsi en passant et mine de rien, un éclat de bonheur dans sa journée.


Les heures se sont écoulées, douces et calmes sous ces
fragments de lumière venus d’ailleurs. Nos pas se suivaient, se balançaient.

On jase làJe t’accompagne


Je me rappelle ton étonnement quand nous avons visité l’intérieur du Appalaches Spa Plein Air. Les lustres en bois de caribou te fascinaient.


Nous avons trouvé la route facile. Pour une fois depuis le début de la semaine, aucune douleur ne vint me hanter. Même chose pour toi. Aucun mal


La journée s’est éteinte comme toutes les précédentes. C’est ça la Vie depuis la nuit des Temps. Ce pèlerinage aura le même destin. Demain.


Et toi, mon Amie Inuke, tu reposes déjà dans la paix de l’éternité


Ton Amie Fitzsou xoxoxo… »

2 commentaires:

Zoreilles a dit...

Quelle communion de l'esprit avec tout ce qui vit... et meurt... et toujours ce goût prononcé pour le bien, le beau et le bon...

Sylvie Dénommé a dit...

Ce sont les gens avec qui j'ai marché qui m'ont inspirée Zoreilles...

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....