dimanche 11 février 2018

Les mots de Papa Fitzsou



Ce n’est pas un secret : tous les deux jours, je traverse en fin d’avant-midi, les trois rues qui mènent chez mon Père. 
 
Tous les deux jours, je me prénomme en arrivant. Il me sourit en lançant son traditionnel : « Ben oui, ben oui, je te reconnais! » 

Ben oui, ben oui

Tous les deux jours, je le situe dans le mois et l’année, lui rappelle son âge (« Je ne pensais pas que j’étais rendu à 96 ans! »). Suivent les prénoms de sa nombreuse fratrie, celui de son épouse, ceux de ses enfants et petits-enfants… 

Tous les deux jours, j’évoque la saison, lui jase météo, en roulant son fauteuil jusqu’à la fenêtre pour qu’il constate le blanc hiver. La semaine dernière, alors que je lui racontais son passé de conquérant du ciel, j’eus la curieuse idée de lui demander s’il avait la moindre idée du nombre de pilotes qu’il avait formé.

« 500 » dit-il après un semblant de creusage de cervelle.

J’ai éclaté de rire devant la spontanéité de sa réponse (au fait je n’ai absolument aucune idée du nombre de personnes auxquelles il a enseigné). Il s’est vite repris, s’exprimant avec difficulté : 

« Non… 501… » 

Voilà… Il en avait oublié un!... Quand même…
 
Ce midi, alors que je lui re-re-re-présentais les Dames assises à sa table, dont la Grand-mère Paternelle de mes Enfants (me suivez-vous?), je lui confiais qu’ils avaient souvent partagé les mêmes repas de famille. J’ajoutai un « le monde est petit hein? ». Il me répondit sérieusement: 

« Le monde est petit mais il est grand. » 

Parole d'homme sage… 

« Entièrement d’accord avec toi Papa : il est bien grand ce monde! »…

2 commentaires:

François Sobieraj a dit...

C'est tout simplement génial !
Bravo Madame et mes respects à Papa Fitzsou. FS

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Merci pour votre commentaire M. François. Promis, je lui glisserai un mot sur vous demain...

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....