samedi 11 août 2018

Camp d’entraînement


J’en ai fait ce torride été. Des séances souvent biquotidiennes. À la volée, avec quelques entraîneurs de passage, mais un seul assidu et patient. 
L’Ami Mam.
 
En passant, encore mille fois merci !!!

En 2018, j’ai repris du service et adopté la pratique du tennis comme activité migratoire! 

J’avais besoin de me changer les idées. De bouger. De remplir quelque peu mon agenda dégarni. J’y voyais pleins d’avantages, peu d’inconvénient. 

J’ai fouillé jusqu’au tréfonds de mon sac à motivation pour en trouver en réduction. L’aubaine en valait la peine. J’y ai mis le paquet. De balle en balle. De coups droits en revers.

J’ai dû magasiner : espadrilles appropriées, raquette légère et bien entendu, quelques balles.

Des roses. Pour encourager la recherche sur le cancer du sein. Parce que dans la famille, ça déjà touché. Pas rose par féminisme. « Hommes, vous pouvez les utiliser, même si ce n’est pas dans les règles de l’étiquette britannique… »

J’ai travaillé fort dans les coins. Embroché plus d’une jaune. Couru de tous bords tous côtés. Je me suis penchée, et repenchée. Répété les mouvements sans jamais atteindre cette foutue fluidité, qui s’entête à me tenir tête… 

Tout comme je m’entête

J’ignore où tout ça me mènera. Assurément, ni à Wimbledon ni à la Coupe Rogers.

Juste quelque part entre la satisfaction personnelle, une vision optimale de santé, le plaisir et quelques nouveaux Amis…

2 commentaires:

Le factotum a dit...

Vous avez des amis extraordinaires.

Sylvie Dénommé a dit...

J'en ai de bons au badminton itou!!!! ;-)

Histoire fleurie

Une journée s’annonçant d’un gris attristant, motiva la finalisation de ce billet, depuis longtemps semé en feuille. Ça va comme suit....