mercredi 26 avril 2017

8- Robe jaune, coucher de soleil et danse

"... La robe jaune (jaune... pas rouge!)

Jour de pluie. C'était le moment que j'attendais pour aller magasiner le seul morceau qui m'importait vraiment: une petite robe jaune virevoltante, cintrée à la taille et à manches courtes, telle que je l'avais immortalisée avec de la colle et du mod podge sur le tableau de visualisation 2017, année grande ouverte sur l'imprévu.

Après avoir fait quelques boutiques (et toutes celles de St.Armands Circle!), j'ai fini par la dénicher chez JC Penney. Ça débuté et terminé du coup, le magasinage que je voulais faire dans le sud! Pierre-Yves serait fier de moi!
  
C'est fou ce qu'on peut changer à la retraite!!! ;-)

Je l'ai étrennée le soir même, au spectacle de "Piano Men" où deux sympathiques et jeunes pianistes (aux doigts si agiles qu'on en perdait le mouvement), se produisaient au Florida Studio Theatre's. Du moins... Je pense que c'était là! 
Prestation impressionnante...

Turtle Beach et son coucher de soleil

Nous avions prévu de pique-niquer sur la plage pour être aux premières loges lorsque ce 1er avril se coucherait sans poisson à l'horizon.

Déjà les habitués avaient sortis leur attirail: chaises, tables et bonnes bouteilles! Installés le long de la plage, quelques baigneurs osaient encore fendre les vagues venant se jeter sur le sable chaud. Le soleil était encore bon même si dix-huit heures approchait. Me restait deux heures à m'emmurer dans le silence salutaire* provoqué par la rassurante mouvance du golfe... 


Le soleil se retira ce soir-là, me laissant un chaste et discret baiser... en plein ciel! Quelle charmante attention!...

Danser à l'américaine

Les Amis de l'H-Ami se donnaient rendez-vous chaque samedi soir, dans un petit resto-bar du centre-ville, où on pouvait également risquer quelques pas de danse. 
Mes compagnons, préférant l'observation à l'action, c'est finalement avec une parfaite inconnue américaine que je laissai aller mon trop plein d'énergie. 
Durant les pauses, j'observais cette étrange jungle où se mêlaient parfums aux mille odeurs, femmes endimanchées en formules améliorées, gonflées à bloc et hommes affamés
Parades, sparages. Mascarades. 

Minuit  sonna - Tout comme Cendrillon, je retrouvai mon carosse et rentrai sagement.

Mais au moins j'avais vu. Et j'avais osé...

Quand j'y repense, un sourire niais flotte encore sur mon visage..."
* Rob Brezsny

4 commentaires:

Le factotum a dit...

Je suis d'accord avec Nicolas pour la robe rouge et votre sourire flottant.

Sylvie Dénommé a dit...

M. Le Factotum... je verrai au fil du Temps si j'oserai déposer dans ma garde-robe, une fameuse petite robe rouge... Je trouve ça un peu audacieux pour la timide personne qui vit en moi... ;-)
Je suis si discrète et réservée... ;-0 ;-0 ;-0

Zoreilles a dit...

Moi, c'est ce bisou en plein ciel qui me fait rêver encore bien plus qu'une jolie petite robe neuve. Non mais quelle image de paix et de sérénité, ce bisou dans le soleil couchant.

Fitzsou, l'ange-aérien a dit...

Fascinant n'est-ce pas, ce qui nous réserve la Vie à des moments bien précis?
Je me rappelerai toujours celui-ci parce qu'il est arrivé pile-poil avec mes pensées de l'instant...

Lien entre insomnie et Leclerc

L’épisode ne date pas d’hier. Plutôt, d’avant-hier. La chaleur m’écrasait et me maintenait captive, collée aux draps froissés. Les voila...