Passer au contenu principal

La Louve des SS...

C'était mercredi, 19h. À l'extérieur, Kuujjuaq baignait déjà dans le noir. C'était à la pluie tombante...Par la petite fenêtre de mon bureau, je voyais les lumières s'allumer une à une. Le vent sifflait et s'infiltrait dans les moindres interstices des ouvertures légèrement entrouvertes. Ce soir-là, on aurait dit que l'été avait fuit et que l'automne tentait d'entrer au Nunavik sans frapper... comme un étranger errant, à la recherche d'un gîte pour les prochains mois... Je savais fort bien qu'il trouverait refuge ici, et cela, malgré le gigantesque problème de logement que la région connaît... Le coeur de chacune des communautés  s'ouvrirait tout grand pour lui faire une petite place... 

Comme dans la vraie vie ici... finalement...

Un peu plus tard, je me retrouvais à plier des vêtements avec l'Amie So et la responsable du Wellness Center, S-Louise, deux compagnes des fameux "Tea party des SSSSSS"... Je me suis retrouvée à papoter, comme si un invisible cercle de "fermières" nous unissait tout à coup. À plier, ranger, évaluer... chaque morceau soulevé était examiné, boutonné, replié et rangé dans une boîte avec l'idée de les faire voyager vers les autres villages. S-Louise a aménagé les lieux avec attention et goût. Je suis même "presque" tombée en amour... avec une redingote en velours noir dans l'intérieur laissait paraître un tissu rouge soyeux et arborant de beaux boutons argentés, frappés de tête de pirate... 

Malheureusement pour moi... son "small" était trop "petit"... Dommage...

photos: "Bénévolat au Wellness Center", Kuujjuaq, septembre 2012





Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Acculée au pied d'un mur...

... Vendredi soir: je suis accroupie au bas de cette immense porte de plexiglas refermée sur les secrets d’années de vie d’un commerce devenu fantôme... ... J’ai le visage tourné vers ce soleil, à en gober jusqu’au dernier atome d’énergie qu’il peut me fournir en cette fin d’après-midi automnal... ... Suis en baisse... Heureusement, P’tit Bonheur et Méo se trouvent près de moi... Fidèles amis... Le « Nous vous donnerons une réponse, au plus tard la semaine prochaine. » est maintenant chose du passé... et comme le « temps n’est rien »... alors, ne me reste plus qu’à attendre « LA » bonne semaine prochaine!!!... Mode attente, une fois de plus... Est-ce que le simple fait d’avoir passé l’entrevue téléphonique suffira à m’avoir fouetté suffisamment les sens ( et le sang ) afin que je poursuive ici ma route, dans le quotidien de mon « petit fond de rang »??... ... À suivre... Comme de raison... Mais voilà! Il me semble que ce soir, j’en ai ma claque de me sentir raisonnable. D’être « comme

Eau et écorce: l'affaire est chocolat!

« … J’avais prévu le coup : l’alarme devait m’extirper de mon sommeil avant même que l’aube ne se pointe. Il y allait de la qualité de l’eau… 3 :45h- Ça en était terminé de ma nuit de rêves sans fin. Il était Temps de sauter dans mon jean et d’enfiler un coton ouaté. Pâques m’attendait… 4 :20h- J’arrivai un peu à l’avance. Les lieux étaient déserts si ce n’était un véhicule à l’aile gauche drôlement cabossée, garé sur le bas côté.  Je saluai le jeune homme qui remontait la pente chargé d’un « jelly can » que je présumai, pleine d’eau de Pâques. En échange, je reçus un discret signe de tête. Pourtant, je me disais que pour croire à cette tradition, il devait y avoir un brin de folie en lui non?... Ça ne m’a pas semblé être le cas. Peut-être était-il beaucoup trop tard pour lui plutôt que beaucoup trop tôt?...  Peu importe… Mes Amis se pointèrent vers 4 :30. À tour de rôle, on prit une gorgée de l’eau recueillie à même la source.  Pour la san

Je te dis adieu

Notre rencontre avait été fortuite. Toi isolé; moi réceptive. Tu m’étais apparu, sobrement coloré de cette indéfinissable teinte pâlotte. Un bref coup d’œil et j’étais tombée sous le charme. Sous ton charme .   Ensemble nous avons peaufiné nos vécus. Honnêtement, sans faux ramages. Nous avons fait des plans. Les avons rendus à terme. Nous avons rêvé; échafaudé nos échauffourées. Sans être toujours d’accord sur les routes à suivre, jusque-là, nous avions réussi.  Mais, comme toute bonne chose à une fin… Elle est justement venue de façon inhabituelle et très abruptement. Cette fin. Partagée entre l’incompréhension, la colère et la tristesse, pour aboutir irrémédiablement, dans l’acceptation de tous ces instants sur lesquels nous n’avons aucun contrôle, j’ai abdiqué. Te laisser partir. Te laisser sortir de ma Vie, toi avec qui je faisais curieuse union depuis plus de dix années… Le Temps a passé. L’usure de notre relation s’est insidieusement infiltrée dans nos paroi